Integrated natural hazard management promoted by EUSALP Tyrolean Presidency in 2018

La conférence de lancement de la Présidence tyrolienne de la Stratégie macro-régionale de l’UE pour la Région Alpine (SUERA) en 2018 s’est tenue le 7 février dernier à Innsbruck.

La Présidence tyrolienne 2018 met l’accent sur les thèmes de la gouvernance dans la région alpine, l’implication citoyenne et la communication.

Parmi ses objectifs spécifiques, la gestion intégrée des risques naturels (GIRN) est désignée, dans le cadre du Groupe d’Action 8 (GA8) sur la gouvernance de la gestion des risques et de l’adaptation au changement climatique.

► The EU Strategy for the Alpine Region (Land du Tyrol)
Tyrolean Presidency 2018 (EUSALP)
Work programme summary of the Tyrolean EUSALP presidency (PDF)
Programme de travail “Concevoir l’avenir ensemble” de la Présidence tyrolienne EUSALP 2018 (PDF)

Introduction de la Présidence tyrolienne EUSALP 2018 ``concevoir.l’avenir.ensemble``

Dès le début, le Land Tyrol s’est impliqué de manière proactive dans la stratégie de l’UE pour la région alpine, et il est aussi fortement engagé dans la phase de mise en oeuvre : le Land Tyrol est le représentant des Länder autrichiens au sein du Comité exécutif, et il participe à cinq des neuf Groupes d’action dans les domaines marché du travail (GA 3), ressources naturelles (GA 6), gestion des risques naturels (GA 8) et énergie (GA 9). Le Land Tyrol a assumé avec l’Eurorégion Tyrol-Haut-Adige-Trentin la direction du Groupe d’action 4 sur la mobilité.

En 2018, le Land Tyrol prendra la Présidence d’EUSALP pour une année. Cela signifie qu’au cours de l’année 2018, le Tyrol jouera un rôle de premier plan dans la mise en oeuvre et le développement d’EUSALP et ce, en étroite coopération avec la Commission européenne et avec les régions et pays concernés.

La stratégie de l’UE pour la région alpine est la première et la seule stratégie macro-régionale de l’UE portée par les régions, et qui donc s’inspire en permanence de l’approche « bottom-up » afin de répondre aux préoccupations des citoyennes et citoyens de la région alpine. Il importe de montrer qu’ensemble, avec la stratégie macro-régionale pour la région alpine, ces régions peuvent renforcer la cohésion économique, politique et sociale au centre de l’Europe au profit des populations alpines. Le mot d’ordre de la Présidence tyrolienne d’EUSALP est donc concevoir.l’avenir.ensemble. – Dans l’intérêt des Alpes! L’enjeu consiste à s’engager en toute responsabilité vers des modes de décision et d’action permettant de concevoir ensemble et le mieux possible l’avenir des populations alpines. La coopération est la clé pour forger l’avenir. Relever les défis actuels des Alpes passe par l’élaboration et la mise en œuvre en commun de solutions viables et durables.

Les priorités thématiques découlent en toute cohérence des objectifs EUSALP et des programmes de la Présidence autrichienne du Conseil de l’UE et de la Convention alpine. Ils se fondent sur le large intérêt de la population alpine et le savoir-faire acquis, ainsi que sur les résultats des travaux des Groupes d’action. À cet égard, les Groupes d’action auxquels le Tyrol participe ont un rôle important. La Présidence tyrolienne s’efforcera notamment de faire progresser et d’accompagner les principaux thèmes ci-après :

  • Marché du travail : Formation en alternance dans la région alpine, ainsi que formation
    des migrants et intégration de ces derniers dans le marché du travail.
  • Mobilité : Report modal et plate-forme d’information EUSALP sur les voyages
  • Ressources naturelles : Utilisation économe des sols et promotion de la production, transformation, préparation, commercialisation et consommation de denrées alimentaires alpines en tant qu’héritage culturel, en y incluant les filières concernées
  • Risques naturels : Évolution de la gestion intégrale des risques naturels vers une gouvernance des risques à l’échelon alpin
  • Énergie : Développement d’une stratégie énergétique durable à long terme et transfrontalière pour la région alpine sur la base des données d’observation EUSALP sur l’énergie, et création d’une conférence périodique EUSALP sur l’énergie

Ces grands thèmes ne constituent pas l’intégralité des sujets et projets traités par les Groupes d’action pendant l’année 2018. Il convient donc de souligner expressément ici les importantes activités réalisées par les Groupes d’action non particulièrement concernés par les thèmes prioritaires du Tyrol. La Présidence tyrolienne d’EUSALP se consacre enfin au thème de la « Gouvernance dans la région alpine ». L’objectif est de favoriser la « bonne gouvernance » et la participation citoyenne en accordant une grande attention à la jeunesse. La réalisation de cet objectif passe par l’instauration et le renforcement des coopérations et des synergies entre la stratégie de l’UE pour la région alpine et les initiatives existantes dans la région alpine. En 2018, l’Autriche exerce également la présidence de la Convention alpine, et elle prendra au second semestre 2018 la Présidence du Conseil de l’UE. En outre, elle présidera le Programme européen Interreg Espace Alpin. La bonne coordination de tous ces processus crée des synergies utiles dans les domaines politiques pertinents, faisant de la région alpine un modèle de pérennisation des sites dans une région sensible : à travers leur coopération au sein d’EUSALP, les pays alpins apportent à l’Europe des réponses et des contributions constructives au développement européen et ils impulsent des changements au niveau européen. Les paragraphes qui suivent décrivent les priorités de la Présidence tyrolienne d’EUSALP dans les Groupes d’action 3, 4, 6, 8 et 9 ainsi que sur l’objectif 4, la gouvernance alpine.

Extrait du programme de travail de la Présidence Tyrolienne de la SUERA en 2018 concernant les risques naturels

Risques naturels – Groupe d’action 8

Thème principal : Développement de la gestion intégrale des risques naturels vers une gouvernance du risque dans la région alpine

Les Alpes sont l’une des régions d’Europe les plus exposées au changement climatique mondial. Des mesures spécifiques s’imposent donc pour assurer durablement la résilience sociale face aux catastrophes naturelles dans les Alpes. La manière dont la population appréhende le facteur risque revêt une importance particulière à cet égard. Une culture commune du risque doit être développée avec la participation et la coopération des personnes concernées. C’est ici qu’intervient le concept de « gouvernance du risque », qui se situe dans le prolongement de la gestion intégrale des risques naturels.

L’objectif est de réduire les risques et, partant, de limiter le coût économique des dangers naturels en comblant les lacunes de la politique des risques. Un principe important de la gouvernance du risque réside dans l’intégration de tous les acteurs impliqués ; les citoyennes et citoyens concernés doivent être des acteurs qui participent à la prestation de protection. Ce processus multilatéral doit ouvrir la voie à une nouvelle conception, en passant de la protection à l’état pur à une prévoyance assurée par la société pour la société. L’un des objectifs du GA 8 est donc d’élaborer des recommandations pour une stratégie de gouvernance commune à l’échelon alpin dans le domaine de la gestion des risques naturels.

Formes de coopération dans le domaine de la protection contre les risques naturels
S’agissant des défis susmentionnés, les mesures de prévention adoptées au niveau national pour la gestion des risques naturels par les communes se heurtent à des limites. Dans ce domaine, les modèles de coopération régionale pour le financement des mesures de protection peuvent apporter une contribution. En ce qui concerne les crues et les torrents par exemple, les organismes ou coopératives de gestion des eaux sont en mesure d’adopter démocratiquement des règles pour la gestion des risques naturels et de résoudre les conflits en interne afin de financer des mesures de protection communes.

La protection contre les crues dans les régions à risque ne peut être réalisée que si la planification intervient au niveau intercommunal et régional. Elle requiert dès lors une démarche commune des diverses entités administratives et des acteurs concernés. Dans la vallée tyrolienne de l’Unterinntal, des mesures de protection contre les crues sont actuellement programmées à l’échelon intercommunal sur une longueur d’environ 75 kilomètres. Les porteurs du projet responsables de la mise en oeuvre de ces mesures sont trois organismes de gestion des eaux. Les statuts de ce groupement de communes et de gestionnaires d’infrastructures définissent l’objet, les missions et le financement du groupement.

Les avalanches constituent un autre risque naturel particulièrement aigu dans les Alpes pour la sécurité de ce lieu de vie. La combinaison d’anti-avalanches permanentes et temporaires, ainsi que la coopération entre la science et le terrain ont permis de créer un niveau élevé de gestion des risques. Les mesures de gestion des risques servent à ramener les risques existants à un niveau supportable (acceptable), qui doit pouvoir être assuré durablement sur le plan économique. Outre les mesures de protection à caractère technique, la gouvernance du risque ouvre la voie à d’autres mesures, comme les commissions avalanches locales, organisme consultatif des communes.

Manifestations
En octobre 2018 se tiendra à Innsbruck l’ISSW (International Snow and Science Workshop), le plus grand congrès mondial consacré à la neige et aux avalanches. Intitulé « A merging of theory and practice », ce congrès sera l’occasion de présenter les derniers résultats scientifiques et pratiques pour mieux évaluer le risque d’avalanches et continuer à réduire leur risque.

L’ISSW offre le cadre parfait pour aborder le thème de la gouvernance des risques dans le domaine des avalanches. Le programme prévoit de traiter les nouveaux aspects de cette thématique à l’occasion d’une table ronde réunissant des décideurs régionaux et locaux, ainsi que de promouvoir les échanges transfrontaliers et à l’échelon alpin en la matière.

Un module du Forum européen Alpbach est consacré au thème de la « Gestion des risques naturels à l’ère des changements climatiques ». Il offre l’opportunité idéal pour discuter à l’occasion d’une réunion spécialisée des diverses formes de coopération ainsi que des défis et solutions possibles avec le monde scientifique, le terrain, les décideurs locaux et régionaux à l’échelon alpin et européen. La coopération avec l’Austrian Platform for Disaster Risk Reduction (ASDR) constitue une valeur ajoutée pour les divers acteurs et participants.

Rappelons que la GIRN est également identifiée, par la plateforme Risques naturels (PLANALP) de la Convention Alpine, comme un facteur de résilience des territoires, et la voie la plus appropriée pour s’adapter aux effets du changement climatique à l’échelle locale dans la région alpine (PLANALP, 2013 ; PLANALP, 2014).

En lien avec les acteurs institutionnels, techniques et scientifiques de la gestion des risques naturels alpins, le PARN, en tant que membre du GA8 de la SUERA représentant des acteurs français des risques, coordonnateur de l’opération interrégionale CIMA-POIA pour étendre la GIRN sur le massif alpin français et animateur du réseau d’interface « Science-Décision-Action pour la prévention des risques naturels dans les Alpes », s’attache à faire le lien entre ces dynamiques multi-niveaux, en contribuant à leur porter à connaissance, à leur valorisation et à leur mise en réseau.

[ SUERA/EUSALP GA8 ]