Stage Sciences Politiques

Cadre d’analyse du risque acceptable pour les gestionnaires de risques naturels gravitaires dans le massif alpin

Cadre – Contexte

Le PARN

  • Un lien original entre les gestionnaires des risques naturels en montagne et un pôle scientifique d’excellence ;
  • Un opérateur d’interface entre les communautés scientifique, décisionnelle et opérationnelle ;
  • Zone d’action : massif des Alpes, plus spécifiquement sur sa partie française.

La structure et les activités du PARN figurent sur son site web : www.risknat.org

Notion de risque acceptable dans le cadre de fonctionnement des gestionnaires d’infrastructures soumises à des risques naturels gravitaires

Le risque acceptable est le niveau de risque qu’un organisme est prêt à supporter au regard de ses obligations légales et de sa propre politique. Pour un Maître d’ouvrage, il s’agit concrètement du niveau de risque au-dessus duquel il engagera une démarche de mitigation. Le seuil du risque acceptable devrait être défini par les instances décisionnelles. Mais le plus souvent, pour ce qui concerne les risques gravitaires (éboulements, chutes de blocs, glissements de terrain, crues et laves torrentielles, avalanches), ce niveau n’est pas clairement défini, aussi bien à l’échelle nationale que locale – la situation est un peu différente pour ce qui concerne les risques d’inondation ou les risques sismiques. Cette situation peut conduire à poursuivre un objectif inatteignable, le risque zéro ou l’absence d’objectif formalisé.

Dans les faits, certains maîtres d’ouvrage proposent, dans leur stratégie de gestion des risques, des niveaux de sécurité à atteindre, qui sont dépendants des aléas, des enjeux à protéger ainsi que des moyens disponibles, financiers et humains.

Il est donc nécessaire de s’accorder collectivement un cadre d’analyse avec des lignes directrices cohérentes et homogènes concernant les niveaux de risque acceptable.

Enfin, au regard de la jurisprudence existante, une analyse réglementaire est nécessaire pour traiter la question des responsabilités techniques et administratives.

 

Mission du stagiaire

Dans un premier temps le stagiaire réalisera un état de l’art national et international sur le concept de risque acceptable (versus tolérable), les critères d’acceptations et les méthodes de spécification d’un seuil de risque acceptable, en explorant les autres domaines de la gestion des risques naturels (sismique, inondations…) mais également des risques technologiques, financiers, sanitaires…

En parallèle, il réalisera un benchmark des pratiques actuelles (ou retour d’expérience) dans le réseau des partenaires du PARN (collectivités, maîtres d’ouvrages, bureaux d’études).

Dans un second temps il proposera, sur la base de l’état de l’art et du benchmark, un cadre d’analyse du risque acceptable adapté au contexte de la gestion des risques naturels gravitaires :

  • Définition du concept ;
  • Typologie des enjeux et contextes (contraintes locales…) ;
  • Critères d’acceptabilité adaptés aux risques gravitaires ;
  • Principes d’évaluation de seuils, en fonction des types d’enjeux et de contextes ;
  • Incidences possibles des critères et seuils.

Le travail sur ce cadre se fera en lien étroit avec les partenaires opérationnels du PARN qui auront été sollicités à l’occasion du benchmark, et qui formeront un groupe de travail spécifique.

Enfin, une présentation du travail réalisé pourra être programmée devant le groupe de travail pour échanger collectivement avec le groupe et envisager des poursuites du travail (Réflexion opérationnelle sur les incidences techniques, financières, réglementaires… de la définition de critère et de seuils de risque acceptable.)

Durée

3 mois minimum, 4 à 5 mois possibles.

Rémunération

Gratification selon base légale

Lieu de stage

Dans les bureaux du Pôle Alpin Risques Naturels : bâtiment OSUG D, 122 rue de la piscine, Domaine universitaire, Grenoble
Possibilité de télétravail 1j/semaine à convenir en début de stage
Déplacements ponctuels à prévoir (permis B souhaité).

Profil

  • Master sciences politiques
  • Connaissances générales des territoires de montagne et notions sur les risques naturels ;
  • Sens du contact pour aller au-devant des acteurs de la gestion des risques (rendez-vous téléphoniques et éventuellement visites sur place dans les services) ;
  • Autonomie, curiosité ;
  • Capacités de synthèse et de rédaction.

 

Contact

Carine Peisser, tutrice de stage

Carine.peisser@univ-grenoble-alpes.fr

06 70 63 44 98