La crise en cours nous contraint à repenser notre système, et met en lumière les forces et les faiblesses dans notre façon de gérer les crises. Deux  aspects majeurs ressortent bien de toutes les premières analyses : le besoin d’anticipation et la capacité de résilience.

Si la crise actuelle est est une crise sanitaire, ces questions s’appliquent également aux risques naturels, dont l’apparition, la temporalité et l’ampleur sont influencés, entre autre, par les changements climatiques en cours.

Devant ces évolutions, au regard de la crise que nous connaissons actuellement, et des défaillances du système qui l’accompagne, l’importance de la gouvernance locale est réaffirmée. Le besoin d’une réflexion interne de la part des acteurs de terrain, afin d’établir une stratégie de gestion pertinente de leur territoire et des risques associés, doit pouvoir trouver une réponse à une échelle autre  locale en complément de que celle apportée par un Etat centralisé.

Des outils comme la GIRN (Gestion Intégrée des Risques Naturels) sont des solutions pour les territoires, qui permettent de développer des axes de travail autour des 4 piliers de la gestion intégrée : Surveiller, Anticiper, Répondre et Apprendre. Ils doivent permettre aux élus en charge de la sécurité des populations, au premier rang desquels les maires, d’avoir les moyens nécessaires pour anticiper les crises qui pourraient devenir plus fréquentes et plus intenses.

Cette crise apparaît comme une opportunité de concentrer et de recentrer les énergies autour des problématiques des territoires en matières de gestion des risques, en particulier des risques naturels, en tenant compte des spécificités locales, au travers de projets de co-construction entre les acteurs territoriaux, les élus, et les scientifiques – les projets Science-Décision-Action sont conçus et menés dans ce sens, comme par exemple le projet CoRESTART – CO-construire la RESilience des Territoires Alpins face aux Risques dits naTurels, dans un contexte de changement climatique. Sans se détacher de l’état, et en utilisant les dispositifs existants, cette stratégie de gouvernance ascendante en Bottom-up permet la redondance des outils existants d’une part (qui assure ainsi leur fiabilisation et leur ancrage local), et leur optimisation d’autre part (processus d’évolution/amélioration permanente).

Le caractère bouleversant et inédit de la situation actuelle, doit ainsi nous permettre de mettre en place ou de consolider des actions collectives à l’échelle locale, plus intégrées et adaptées à chaque territoire.

N’hésitez pas à nous faire partager vos exemples concrets de bonne pratique ou d’évolution en matière d’anticipation des risques et de résilience des territoire alpins, notamment les initiatives prises dans le contexte post-COVID, aux différents niveaux de gouvernance (local, régional, national ou européen).

Actualités

Retour d’expérience de la gestion de crise Covid-19 : débat sur Public Sénat

By Actualités institutionnelles, Résilience et anticipation

La relation Etat / collectivités locales (relation préfet maire en particulier) mise en débat sur Public Senat : retour d’expérience de la gestion de crise Covid-19.

le 4 juin, le sénat auditionne Christophe Castaner, Ministre de l’Intérieur, sur le lien Etat / collectivités territoriales (extrait : « Le préfet a été identifié comme figure de l’autorité et garant d’un dialogue rassurant. Mais c’est au niveau local que l’on doit réagir car l’on connaît mieux la situation »).

Sandra Decelle-Lamothe (Experte risques majeurs et résilience des territoires – Agence EDEL et Association Resiliances),  souligne que c’est là « un point essentiel à explorer et sans doute à faire évoluer pour plus d’autonomie en conscience à l’avenir. C’est un point important pour favoriser la continuité d’activité économique dans des territoires très diversifiés de par leur densité, etc. »

Les exemples sont nombreux dans le domaine des risques naturels également où cette relation peut être questionnée. La crise sanitaire joue comme révélateur des points clés en matière de gestion des risques.

Ré-écouter le débat

« Landscapes live » : le paysage des échanges scientifiques évolue

By Actualités du réseau, Alpes-Climat-Risques, Résilience et anticipation
Né des contraintes de la crise sanitaire, le nouveau cycle international de séminaires en géomorphologie à distance prépare aussi le jour d’après pour un partage des connaissances scientifiques plus juste et respectueux de la planète.

« La pandémie actuelle a mis en évidence les difficultés de se tenir au courant des nouveaux développements de notre discipline quand les déplacements ne sont plus possibles. Par ailleurs, alors que nous travaillons à la transition vers un avenir plus vert et à ce que notre communauté réponde mieux aux besoins de tous les scientifiques, quelle que soit la mobilité internationale, il est important de trouver des moyens pour partager à distance la recherche actuelle ».

A noter, le 2 juillet, une conférence sur le thème “Sliding, flowing, rocking and rolling: Sediment and hazard cascades through mountain landscapes”.

Read More

Conférence en ligne sur la communication climatique : Être à l’écoute, partager, nouer des contacts

By Actualités du réseau, Agenda, Alpes-Climat-Risques, Résilience et anticipation

Le Partenariat alpin pour l‘action climatique locale (ALPACA) organise, de 30 juin au 1er juillet 2020 un webminaire sur le thème : « Être à l’écoute, partager, nouer des contacts – Faisons ensemble la transition vers des Alpes climatiquement neutres et résilientes »

Changement climatique, crise climatique, urgence climatique : comment trouver les mots justes pour parler du réchauffement climatique et pour apporter plus de durabilité ? Lors de la conférence, les participants assisteront à des contributions sur le cadrage politique et la communication, à des ateliers interactifs avec des exemples pratiques et ils auront la possibilité de connaître de nouveaux réseaux et de visionner des courtes vidéos inspirantes- tout cela en ligne !

À l’heure du télétravail, de la fermeture des frontières et de la numérisation, les formats en ligne offrent de bonnes possibilités d’interaction. Il est important d’œuvrer dès maintenant à une meilleure protection du climat, afin que cette crise ne disparaisse pas de l’agenda politique et médiatique. Participez à la discussion et découvrez les différentes possibilités offertes par une conférence en ligne.

Inscription : la conférence est gratuite. Vous pouvez vous inscrire via ce lien jusqu’au 14 juin 2020. En raison du règlement général sur la protection des (GDPR), l’inscription n’est possible qu’à travers ce formulaire.

Webminaire : «La résilience des activités économiques face aux risques majeurs»

By Actualités du réseau, Actualités SDA, Agenda, Résilience et anticipation

L’AFPCN a organisé, le 19 mai dernier un webinaire sur “La résilience des activités économiques face aux risques majeurs” à partir de l’article de Sandra DECELLE-LAMOTHE (Agence Edel) “Un processus de résilience mondiale en action, une opportunité hors du commun.

Le Webinaire a abordé la phase préalable au choc brutal (l’annonce de la crise mondiale au travers des dysfonctionnements déjà identifiées dans la gestion des catastrophes naturelles et la difficulté des acteurs à s’engager par la suite dans la résilience).

Le webinar est à retrouver sur cette page (support de présentation et enregistrement audio)

Le risque sismique au temps du Covid-19 – Par Philippe Gueguen

By Actualités, GIRN-Alpes, Résilience et anticipation

Philippe Gueguen, président du PARN, membre de son CST et directeur de recherche au laboratoire ISTerre a rédigé un article sur les réflexions que font naître la crise du coronavirus en matière de d’anticipation et de gestion des crises liées aux risques naturels.

« Cette période de confinement, globale, est unique en son genre. Elle impose à notre quotidien, qui nous paraissait jusqu’alors immuable, une réorganisation de nos relations sociales, de nos activités professionnelles et plus généralement de nos comportements individuels et collectifs.
Elle entraînera des modifications qui, nous l’espérons tous, contribueront à une meilleure  anticipation d’événements exceptionnels à fort impact sur notre environnement et notre bien-être.
Même si les causes de cette situation inédite sont loin de nos domaines d’expertise, cette pause forcée nous donne l’opportunité d’une réflexion sur nos pratiques scientifiques et la façon d’exploiter et de diffuser nos connaissances, et cela quel que soit notre champ de compétence. Cela est d’autant plus vrai dans celui qui me concerne, à savoir le risque sismique, tant certaines similitudes apparaissent. »

L’article est à retrouver en intégralité sur le site de la fondation Maif.

SUERA : Préparation du contexte post-COVID

By Actualités institutionnelles, EUSALP/SUERA, Projet AlpGov, Résilience et anticipation

Malgré le contexte sanitaire particulier de ce début d’année 2020, et le report d’événements dû aux mesures de confinement, la Présidence française de la Stratégie de l’Union européenne pour la Région alpine (SUERA) poursuit ses actions.

Instance opérationnelle, les différents groupes d’action continuent de se réunir à distance et d’échanger en vue d’actualiser leurs chantiers dans le contexte COVID et post-COVID 19. Une réunion de mobilisation globale de tous les groupes d’action a ainsi eu lieu le 5 mai, en lien avec la Lombardie, chef de file du projet ALPGOV (mise en œuvre des mécanismes de gouvernance alpine de la SUERA), afin de prioriser et coordonner les chantiers en cours et à venir.

En parallèle, tous les partenaires de la SUERA se mobilisent pour faire face à la situation sanitaire et à ses conséquences sociales et économiques. De la même façon, la Présidence française de la SUERA adapte ses objectifs au contexte, et se positionne en faveur d’une reconstruction résiliente de la région alpine. Une réunion exceptionnelle du Conseil Exécutif de la SUERA a ainsi été organisée le 18 mai 2020 pour discuter des propositions de tous les partenaires et trouver des solutions concrètes en faveur du rétablissement durable de la région alpine. L’occasion aussi de mettre à jour le Manifeste pour une région alpine durable dont l’adoption est prévue fin juin.

Sur le plan opérationnel, de nouveaux secteurs d’intervention de coopération transnationale pourraient être mis en place, particulièrement dans le secteur du tourisme, des services de santé publique, de l’autonomie des chaînes de production (approvisionnement local), de l’aide publique aux entreprises, et plus globalement de la résilience des territoires face aux différents types de crises. La Présidence française de la SUERA s’efforce également d’agir en coordination avec les différents programmes européens couvrant l’espace alpin. Cette coordination passera par un échange de bonnes pratiques, et surtout par la mise en place et la pérennisation d’un réseau alpin des Autorités de gestion.

Source de l’article