Ressources > Base de connaissances PARN > Organismes institutionnels > Organismes internationaux

Organismes internationaux

UNISDR : United Nations International Strategy for Disaster Reduction
Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes

http://www.unisdr.org/

Le Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophes :

UNISDR website presentation

UNISDR was established in 1999 as a dedicated secretariat to facilitate the implementation of the International Strategy for Disaster Reduction (ISDR).It is mandated by the United Nations General Assembly resolution (56/195), to serve as the focal point in the United Nations system for the coordination of disaster reduction and to ensure synergies among the disaster reduction activities of the United Nations system and regional organizations and activities in socio‐economic and humanitarian fields. It is an organisational unit of the UN Secretariat and is led by the UN Special Representative of the Secretary-General for Disaster Risk Reduction (SRSG).

The Sendai Framework for Disaster Risk Reduction 2015-2030 is the successor instrument to the Hyogo Framework for Action (HFA) 2005-2015: Building the Resilience of Nations and Communities to Disasters. It was adopted on March 18, 2015 at the World Conference on Disaster Risk Reduction held in Sendai, Japan. The Sendai Framework is the outcome of stakeholder consultations initiated in March 2012 and inter-governmental negotiations held from July 2014 to March 2015, which were supported by the UNISDR upon the request of the UN General Assembly. UNISDR has been tasked to support the implementation, follow-up and review of the Sendai Framework.

UNISDR defines itself through its multi-stakeholder coordination approach based on the relationships it has developed with national and local governments, intergovernmental organizations and civil society, including the private sector, and by its mode of operating through a network of global partners.

UNISDR has five regional offices – in Asia, Africa, Europe, Arab States  and Americas and the Caribbean – and the UNISDR Headquarters in Geneva. UNISDR also maintains a UN Headquarters liaison office in New York, a liaison office in Bonn and field presences in Rio de Janeiro, Kobe, Suva, Incheon and Almaty.
(…)

Who we are (www.unisdr.org)

UNISDR - Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes

L’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Stratégie internationale de prévention des catastrophes (SIPC) en 1999, à l’issue de la Décennie Internationale de la Prévention des Catastrophes Naturelles (1990–1999). Cette plateforme est l’instrument central de l’ONU qui permet de coordonner la RRC avec l’objectif global que constituent la prévention et la limitation des pertes en vies humaines ainsi que des dégâts matériels résultant de catastrophes naturelles.

Thèmes

Coordination
Sous l’égide de l’UNISDR, plus de 130 pays fournissent des rapports sur leur mise en œuvre du Cadre d’action de Hyogo pour 2005-2015 (CAH), permettant ainsi la création d’un répertoire unique de connaissances sur la réduction des risques de catastrophes (RRC). Des organisations régionales et internationales ainsi que la société civile utilisent le CAH pour développer leurs programmes et leurs politiques et pour améliorer l’étude de la réduction des risques et de la résilience.

Plaidoyer
L’UNISDR œuvre pour la promotion de la RRC afin de protéger les populations et leurs ressources. Il est le moteur principal des Nations Unies pour faire inscrire la RRC dans les agendas politiques et pour renouveler le CAH en 2015.

Information et campagne
L’UNISDR s’efforce de développer la sensibilisation en matière de RRC dans le monde et de donner aux populations concernées les moyens de réduire leur vulnérabilité face aux catastrophes naturelles. Il informe les acteurs de la RRC et leur fournit des services et des outils pratiques.

Valorisation de la RRC sur les plans local et national
L’UNISDR a mené des campagnes destinées à mettre en valeur la RRC sur les plans local et national, notamment dans les domaines suivants: éducation et jeunesse, cartographie des zones à risque pour les communautés locales, mise en valeur durable des montagnes, hydrologie (inondations et sécheresses), enseignements tirés des catastrophes, investissement dans la prévention des catastrophes, sécurité des écoles et des hôpitaux. La SIPC a lancé en février 2013 une enquête en vue du CAH2 dans le cadre d’un programme lié à la préparation de la plateforme mondiale: le programme « Ma ville se prépare », qui relève d’une campagne tendant à rendre les villes plus résilientes, a été lancé en mai 2010 et se terminera en 2015. Quelque 1000 localités – des plus petites villes aux plus grandes métropoles – ont adopté les dix points essentiels établis dans une version urbanisée du CAH.
(…)

Défis

Il importe que tous les pays ainsi que la communauté internationale soutiennent les nouveaux objectifs du millénaire pour le développement et les objectifs du développement durable afin de poursuivre un développement mieux adapté aux risques. La terminologie et les approches relatives aux objectifs de prévention doivent être harmonisées. L’intégration d’une RRC efficace en matière de coopération au développement doit être encadrée par des processus spécialisés tels que l’après-CAH. Le renforcement de la coopération au sein des agences onusiennes reste à l’ordre du jour.
(…)

UNISDR – Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophes (www.eda.admin.ch/)
Rapport sur l’efficacité: Protection contre les dangers naturels : Projets de prévention et de préparation aux catastrophes de la DDC (Confédération suisse, 2011)

Regional Office for Europe

Europe presents very heterogeneous risk patterns consistent with a region of both highly developed countries in western Europe and more challenged regions, for example in parts of eastern Europe and the Caucasus.

Despite the wealth of expertise, knowledge and know-how in disaster risk reduction, statistics show that vulnerability to disasters in the Europe is increasing.

Europe is exposed to a variety of natural hazards, including storms, drought, floods, earthquakes and landslides. In terms of drought, mortality risk is not significant anywhere in the region. In contrast, in terms of economic loss, large parts of Southern Europe appear as a hotspot in both absolute and relative terms.

In the case of floods, while part of Eastern Europe shows significant mortality risk, however, large parts of northern, central and South-Eastern Europe and the Caucasus are considered a hotspot in terms of economic loss. Similarly, in the case of both earthquakes and landslides, parts of Europe are a hotspot for both mortality and economic loss risk.
(…)

http://www.unisdr.org/europe

Le portail PreventionWeb :

http://www.preventionweb.net/

Sitemap PreventionWeb

France

Accès aux ressources : http://www.preventionweb.net/english/countries/europe/fra/

National Policy, Plans & Statements

Documents & Publications (selection)

UNFCCC : United Nations Framework Convention on Climate Change
CCNUCC : Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques

http://unfccc.int/

La CCNUCC

La Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) met en place un cadre global de l’effort intergouvernemental pour faire face au défi posé par les changements climatiques. Elle reconnaît que le système climatique est une ressource partagée dont la stabilité peut être affectée par les émissions industrielles de CO2 ainsi que les autres gaz à effet de serre.

Selon la Convention, les gouvernements :

  • rassemblent et diffusent les informations sur les gaz à effet de serre, sur les différentes politiques nationales et sur les meilleures mises en pratiques;
  • mettent en œuvre les stratégies nationales pour faire face aux émissions de gaz à effet de serre et s’adapter aux impacts prévus, y compris la mise à disposition de soutien financier et technologique aux pays en voie de développement;
  • coopèrent pour se préparer à l’adaptation aux impacts des changements climatiques.(…)

La Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC)
Texte de la convention de 1992 (FR)

La Conférence des Parties (COP)

La Conférence des Parties (COP) est l’organe suprême de la Convention, c’est-à-dire sa plus haute autorité de prise de décision. C’est une association de tous les pays Parties à la Convention.

La COP est responsable du maintien des efforts internationaux pour faire face aux changements climatiques. Elle passe en revue la mise en œuvre de la Convention et examine les engagements des Parties à la lumière de l’objectif de la Convention, les nouvelles découvertes scientifiques et l’expérience accumulée dans la mise en œuvre des politiques de changements climatiques. Un rôle majeure de la COP est de réviser les communications nationales soumises par les Parties. Sur la base de ces informations, la COP évalue les effets des mesures prises par les Parties et les progrès accomplis pour atteindre l’objectif ultime de la Convention.
(…)

Les organes de la Convention

Conference of the Parties (COP)

IPCC : Intergovernmental Panel on Climate Change
GIEC : Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat

http://www.ipcc.ch/

Le GIEC

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a été créé en 1988 en vue de fournir des évaluations détaillées de l’état des connaissances scientifiques, techniques et socio-économiques sur les changements climatiques, leurs causes, leurs répercussions potentielles et les stratégies de parade.

Depuis lors, le GIEC a établi cinq rapports d’évaluation multivolumes, accessibles depuis l’onglet Publications. Il a entamé son sixième cycle d’évaluation.

http://www.ipcc.ch/home_languages_main_french.shtml

Rapports d’évaluation

Ce sont des textes publiés consistant en une évaluation scientifique et technique exhaustive du changement climatique et composés généralement de trois volumes, un pour chacun des groupes de travail du GIEC, ainsi que d’un rapport de synthèse. Chaque volume comporte plusieurs chapitres, un résumé technique facultatif et un résumé à l’intention des décideurs. Les rapports de synthèse, comme leur nom l’indique, font la synthèse des informations contenues dans les rapports d’évaluation et les rapports spéciaux et sont rédigés dans un style non technique adapté aux décideurs. Traitant d’un large éventail de questions pertinentes sur le plan des politiques mais présentées de façon impartiale, ils sont composés d’un résumé à l’intention des décideurs et d’une version in extenso.


Le sixième Rapport d’évaluation

Au cours de ce cycle, le Groupe d’experts produira trois rapports spéciaux, un rapport méthodologique sur les inventaires nationaux de gaz à effet de serre et le sixième Rapport d’évaluation.

À sa quarante-troisième session, en avril 2016, le GIEC est convenu que le rapport de synthèse afférent au sixième Rapport d’évaluation serait achevé en 2022, à temps pour le premier bilan mondial prévu au titre de la CCNUCC. Il s’agira pour les pays d’évaluer les progrès accomplis en vue de réaliser leur objectif qui est de contenir le réchauffement mondial bien en deçà de 2 °C, tout en poursuivant l’action menée pour limiter la hausse des températures à 1,5 °C. Les contributions des trois groupes de travail seront prêtes en 2021.


Le cinquième Rapport d’évaluation

En 2014, le GIEC a parachevé le cinquième Rapport d’évaluation, qui se divisé en trois parties (éléments scientifiques, conséquences, adaptation et vulnérabilité, et atténuation du changement climatique) dont sont responsables ses trois Groupes de travail, ainsi qu’un rapport de synthèse. La contribution du Groupe de travail I a été acceptée et approuvée en septembre 2013, et celles des Groupes de travail II et III en mars et avril 2014 respectivement. Le rapport de synthèse a été examiné et adopté en novembre 2014.

Comparativement aux rapports précédents, le cinquième Rapport d’évaluation mettra davantage l’accent sur l’évaluation des aspects socio-économiques liés aux changements climatiques et sur les conséquences sur le plan du développement durable, des aspects régionaux, de la gestion des risques et de l’établissement d’un cadre d’intervention fondé sur des mesures d’adaptation et d’intégration.

CHANGEMENTS CLIMATIQUES 2013

Les éléments scientifiques
Contribution du Groupe de travail I au cinquième Rapport d’évaluation du GIEC

CHANGEMENTS CLIMATIQUES 2014

Incidences, adaptation, et vulnérabilité
Partie A: Aspects mondiaux et sectoriels
Part B: Aspects régionaux
Contribution du Groupe de travail II au cinquième Rapport d’évaluation du GIEC

L’atténuation du changement climatique
Contribution du Groupe de travail III au cinquième Rapport d’évaluation du GIEC

Rapport de synthèse

De plus amples informations sur le cinquième Rapport d’évaluation figurent sur les pages en anglais.

 

Quatrième Rapport d’évaluation du GIEC: Changements climatiques 2007 (AR4)
Version complète en anglais seulement

 

Précédents rapports d’évaluation (TAR 2001, SAR 1995, Sup. 1992 & GIEC 1990)

Rapports spéciaux du GIEC

Rapports spéciaux du GIEC

Outre les rapports d’évaluation, le GIEC publie des rapports spéciaux sur des thèmes précis comme l’aviation, les incidences de l’évolution du climat dans les régions, les transferts de technologie, les scénarios d’émissions, l’utilisation des terres, les changements d’affectation et la foresterie, le piégeage et stockage du dioxyde de carbone et les relations concernant la préservation de la couche d’ozone et du système climatique planétaire.

Au cours du sixième cycle d’évaluation, le GIEC produira trois rapports spéciaux.

  • Réchauffement planétaire de 1,5 °C : rapport spécial du GIEC sur les conséquences d’un réchauffement planétaire de 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels et les profils connexes d’évolution des émissions mondiales de gaz à effet de serre, dans le contexte du renforcement de la riposte mondiale au changement climatique, du développement durable et de la lutte contre la pauvreté (SR1.5)| Plan général (EN)
  • Rapport spécial sur l’océan et la cryosphère dans le contexte du changement climatique | Plan général (EN)
  • Changement climatique et terres émergées : rapport spécial du GIEC sur le changement climatique, la désertification, la dégradation des sols, la gestion durable des terres, la sécurité alimentaire et les flux de gaz à effet de serre dans les écosystèmes terrestres| Plan général (EN)

Rapport spécial SREX (2011) :

  • Rapport spécial sur la gestion des risques de catastrophes et de phénomènes extrêmes pour les besoins de l’adaptation au changement climatique (SREX): Ce rapport spécial a été approuvé et accepté lors de la première session conjointe des Groupes de travail I et II, qui a eu lieu du 14 au 17 novembre 2011.
  • Résumé à l’intention des décideurs
  • Rapport complet (anglais)
  • Vidéo (anglais)