Logo GIRN
Communauté de Communes de la Vallée de Chamonix Mont-Blanc (CCVCMB) PETR du Briançonnais, des Ecrins, du Guillestrois et du Queyras • Démarche méthodologique • Ressources Parc naturel régional des Baronnies Provençales Communauté de Communes Alpes Provence Verdon Communauté de Communes de la Vallée de l'Ubaye Serre-Ponçon Communauté de Communes Alpes d'Azur Syndicat Mixte de Gestion Intercommunautaire du Buëch et de ses Affluents
Pays du Grand Briançonnais, des Ecrins Queyras
LE TAGIRN DU PETR DU BRIANCONNAIS, DES ECRINS, DU GUILLESTEROIS ET DU QUEYRAS
Territoires concernés : Escarton du Queyras
Communauté de communes du BriançonnaisPays des Ecrins
Bandeau PGBEQ
« UN TERRITOIRE TOURISTIQUE DE MONTAGNE VULNÉRABLE À DE MULTIPLES ALÉAS »
CARACTÉRISTIQUES TERRITORIALES DU SITE PILOTE

Site pilote depuis 2010 tout au long de l’opération CIMA-POIA.

Territoire du Pays du Grand Briançonnais des Ecrins au Queyras

Structure porteuse : Pays du Grand Briançonnais des Ecrins au Queyras (association) sur les années 2009-2015 (cf. archive GIRN-Alpes 1).
Pôle d’Equilibre Territorial et Rural du Briançonnais, des Ecrins, du Guillestrois et du Queyras (EPCI sans fiscalité propre régi suivant les règle d’un syndicat mixte fermé) depuis le 1er janvier 2016. Le PETR est composé actuellement de 37 communes au sein de 3 communautés de commune pour une superficie totale de 2 130 km². 2 Parcs sont présents dans le territoire du PETR : le Parc Naturel Régional du Queyras (territoire entièrement dans celui du PETR) et le Parc national des Ecrins (partiellement composées de 11 communes du PETR).

Géographie du territoire : L’ensemble du TAGIRN se situe en zone de montagne ou de haute montagne puisque l’altitude moyenne est supérieure à 1 800 mètres. L’ensemble des villes et villages sont situés entre 900 et 2 040 mètres d’altitude. Le contexte géographique de la zone entraîne un fort enclavement des bassins de vies (villages, hameaux). Le PETR représente le 3ème bassin de vie du département des Hautes-Alpes.

Urbanisation et démographie : Les zones urbanisées se situent historiquement en fond de vallée. Le territoire a connu comme tous les secteurs de montagne, un exode rural au XXème siècle. Cependant, avec l’arrivée du ski et le développement des stations de sports d’hiver, le territoire voit l’arrivée de nouvelles populations depuis les années 1950. En 2016, le PETR compte environ 35 600 habitants.

Activités économiques : L’économie du territoire est essentiellement basée sur une économie touristique saisonnière (hiver et été). La population sur l’ensemble du territoire peut être ainsi multipliée par 5 voir par 20 dans certaines communes (ex. la commune de La Salle-les-Alpes, une des communes constituant la station de Serre Chevalier, d’une population de 988 habitants en 2014, qui peut accueillir environ 19 800 personnes en saison hivernale).

Exemples d’autres projets de territoire :
• Le Parc Naturel régional du Queyras avec 10 communes signataires
• Le Parc National des Ecrins avec 11 communes signataires
• Un SCOT à l’échelle de la communauté de commune du Briançonnais


Pour en savoir plus
» Site internet du PETR
POINTS À RETENIR

Structure porteuse :Pôle d’Equilibre Territorial et Rural du Briançonnais, des Ecrins, du Guillestrois et du Queyras

Principaux aléas :avalanches, crues et laves torrentielles, mouvements de terrain (glissements de terrain et chutes de blocs), feux de forêts

Enjeux de la GIRN : assurer une approche transversale de la gestion des risques naturels afin de trouver des solutions adaptées aux spécificités géographiques, physiques, et économiques du territoire

Types de partenariat impulsés :partenariat avec les acteurs locaux ayant pour compétence la gestion des risques naturels ou portant des projets sur cette thématique (communes, communautés de communes, Parc Naturel Régional du Queyras, collectivités territoriales autres) ; avec l’ensemble des institutionnels de la gestion des risques naturels en montagne (service RTM de l’ONF, DDT, SDIS, SIDPC, etc.) ; mais aussi avec d’autres acteurs du territoire (associations locales, office du tourisme, socioprofessionnels). Partenariats scientifiques avec différentes universités (Lyon, Grenoble, Avignon, etc.)

Thématiques de GIRN abordées :information préventive permettant de développer la culture et la mémoire du risque ; développement d’outil pour une gestion de crise plus adaptée à l’ensemble des acteurs locaux ; retour d’expérience pour une amélioration des outils existants.


VIDÉO



Témoignage d'Amandine Crévolin, chargée de mission GIRN au PGBEQ

AFFICHES DE L'OPÉRATION

Action transversale 4 : Réalisation de supports d'information

Voir les affiches

PROBLÉMATIQUE RISQUES NATURELS DU TERRITOIRE

Types de risques rencontrés (d’après le DDRM de 2014)

  • Crue du Guil 2008 à Ristolas. Source: PGBEQLes risques liés aux cours d’eau : 35 des 37 communes sont concernées par des crues de torrent, pouvant provoquer pour certains d’entre eux des laves torrentielles.
  • Les risques de mouvements de terrain : 32 des 37 communes peuvent être touchées par des mouvements de terrain tels des chutes de blocs et des glissements de terrain.
  • Les risques d’avalanches : 34 des 37 communes du PETR sont concernées.Déclenchement PIDA, Vallée de la Clarée, 2010. ©DDT05
  • Les risques sismiques : 35 communes sont en zone de sismicité moyenne (4/5). De nombreux séismes se produisent chaque année sur le territoire, mais les dégâts de ces secousses passées ont été inexistants ou minimes.

Le territoire est majoritairement soumis aux risques liés aux cours d’eau (inondations et coulées de boues). Ainsi, en 2010 sur les 59 arrêtés de catastrophe naturelle qui ont été décrétés depuis 1982, 40 d’entre eux ont concernés des inondations et des coulées de boues et 7 ont concernaient des avalanches.

 

Outils réglementaires et contractuels de gestion des risques présents

  • Documents réglementaires :
    • PPRN : sur les 30 prescrits 28 sont approuvés en 2017
  • 1 SCOT sur la communauté de commune du Briançonnais approuvé en 2017
  • 1 Contrat de rivière sur le bassin versant du Guil, Queyras avec 1 PAPI d'intention. Un PAPI complet en attente de certification
  • Aménagements de protection : de multiples types d’ouvrages actifs et passifs de protection sont présents sur le territoire autant en zone urbanisée qu’au niveau des zones vulnérables des réseaux de transports, d’énergie et de communication.

Enjeux de la gestion des risques naturels

Au sein du PETR Briançonnais, Ecrins, Guillestrois et Queyras, les risques naturels impactent fortement la cohésion et le développement du territoire. De ce fait leur gestion constitue un enjeu majeur auquel sont soumis particulièrement le développement de l’habitat et les activités économiques telles que le tourisme, l’artisanat et le commerce.

Face à ces enjeux, les élus du PETR ont fortement ressenti la nécessité d’assurer une approche plus transversale de la gestion des risques naturels afin de trouver des solutions adaptées aux spécificités géographiques, physiques, et économiques de leur territoire.
Pour en savoir plus
» Diagnostic PRT 2010, p. 17 Diagnostic-complet-PGBEQ_2010.pdf#17


OBJECTIFS DE LA GIRN AU SEIN DU TERRITOIRE

Critères d’identification des sites tests :

  • Un volontariat local
  • Une approche multirisque
  • L’enrichissement de projets locaux
  • L’appui sur une animation en local et une ingénierie en interne
  • Transférabilité et volonté de mutualiser, travailler sur de l’échange et du retour d’expérience
Les projets et actions portés par le site pilote se sont traduits principalement par le développement d’outils et de démarches spécifiques et adaptés aux contextes territoriaux. L’ensemble de ces approches participent à l’aide à la décision et à la culture locale du risque, sur la base de méthodologies et de démarches intégrées.

PRINCIPAUX ACTEURS IMPLIQUÉS AU SEIN DU SITE PILOTE ET DE SES SITES TESTS

Acteurs du comité de suivi transversal, institution de gouvernance du site pilote

  • Partenaires institutionnels de l’opération : Région PACA, DATAR (de 2009 à 2013) et CGET (2014)
  • Coordinateur technique et opérationnel de l’opération : le PARN
  • Représentant du Pays :
    • Elus du Pays : président et co présidents du Pays (qui sont aussi les présidents des communautés de communes du Pays)
    • Directeur du Pays et mission GIRN (chargée de mission et élu référent)

En plus des membres précités, et suivant les besoins (cf. type de projets), d’autres acteurs ont intégré le suivi et la gouvernance des sites pilotes : institutionnels impliqués localement dans les risques naturels (conseil Général, RTM, DDT, SIDPC, etc.) et représentants des parcs présents sur le territoire : Parc National des Ecrins et Parc Naturel Régional du Queyras.

Autres acteurs du territoire concernés par et / ou associés aux actions de GIRN

  • Journée d'échanges avec les acteurs institutionnels lors de la Semaine Participative - Vallée de la Clarée, 2011. Photo: PGBEQAutres élus locaux de la structure porteuse et des collectivités locales impliqués dans les sites tests : maires ou élus référents des communes des sites tests
  • Salariés de la structure porteuse et des collectivités locales impliquées dans une action GIRN
  • Institutionnels impliqués localement dans les risques naturels (Conseil Général, RTM, DDT, SIDPC, etc.)
  • Parc Naturel Régional du Queyras, Parc National des Ecrins
  • Associations (cf. cinémathèque de GAP et REEMA)
  • Enseignants chercheurs et élèves de Master
  • Offices de tourisme et bibliothèques
  • Socio-professionnels
  • Population locale, touristique et scolaires

CARACTÉRISTIQUES DES SITES TESTS VIS-A-VIS DES RISQUES

Site test de la vallée de la Clarée

L’unique route d’accès à la vallée (la départementale D 994) peut être coupée plusieurs fois par an en fonction des besoins et contraintes liés aux déclenchements naturels ou artificiels d’avalanches, mais également à cause de laves torrentielles et d’inondations. Ces coupures ont pour conséquence d’isoler les populations locales et touristiques en haute vallée (commune de Névache et ses hameaux). En 2008, par exemple, la commune de Névache est restée isolée du reste du Briançonnais pendant 4 jours. Et en 2012, se sont 48 heures d’isolement sans électricité qui ont touché cette commune.

Ce type d’évènement amène donc la commune de Névache à être en mesure de faire face à des situations d’isolement avec tout ce que cela comporte de précaution en terme de réduction de la vulnérabilité notamment sociale et organisationnelle.

» Détails de l'action

Site test du Queyras, Haut Guil

Le territoire du haut Guil regroupe les communes de Ristolas, Abriès et Aiguilles et compte moins de 900 habitants à l’année. Le tourisme hivernal et estival important dans cette zone peut engendrer une forte augmentation de la population.

Le Roux d'Abriès (Source : Commune d'Abriès) Amont_camping_Gouret_13_juin_2000_Cliche_Chris de-B RD441_torrent_du_Bouchet_18_juin_2000_Cliche_Chris-de-B

En matière de risques naturels, les trois communes ont à faire face principalement à des avalanches et des crues torrentielles qui peuvent isoler plusieurs heures, ou plusieurs jours les villages et leurs hameaux les uns des autres et cela plusieurs fois par an.

Dans ce cas en phase de pré­crise (vigilance) tout comme en phase de crise, le contrôle et le partage de l’information doit être optimal afin que les actions mises en place pour la sauvegarde des populations soient efficaces. Par ailleurs, il apparait primordial qu’une gestion interservice et intercommunale puisse être développée collégialement, afin de partager un référentiel d’action et d’organisation commun.

» Détails de l'action

Site test du Pays des Ecrins, axe durancien

Le site test du Pays des Ecrins axe durancien était jusqu’en 2010 un des derniers pôles industriels des Hautes-Alpes, avec trois usines basées à l’Argentière-la Bessée et la Roche de Rame. Ces usines se situaient à proximité de la Durance et étaient soumises à l’aléa inondation. Ainsi, le but de ce site test était d’étudier les conséquences d’une crue de la Durance sur les usines, et donc de mieux appréhender l’interaction entre risques naturels et risques technologiques.

Le rehaussement des digues de la Durance ainsi que la fermeture des usines en 2011 ont fait que les actions programmées n’ont pas pu se dérouler.

Pour en savoir plus
» Diagnostic PRT 2010, p. 24 Diagnostic-complet-PGBEQ_2010.pdf#24

FINANCEMENT DE LA GIRN AU SEIN DU SITE PILOTE

Le budget de la mission GIRN s’appuie sur des financements de la région PACA, de l’Etat via le FEDER et un autofinancement de 20% par le Pays.

« Page précédente

Page suivante »

 


Programmation CIMA-POIA 2015-2020 :
Programme Opérationnel Interrégional FEDER du Massif des Alpes (POIA) 2014-2020 | Objectif Spécifique 4 : « Etendre et améliorer la gestion intégrée des risques naturels sur le massif » 
&
Convention interrégionale du massif des Alpes (CIMA) 2015-2020 | Mesure 3.2 : « Développer la gestion intégrée des risques naturels »