All Posts By

PARN

Conférence – Le paysage alpin rencontre la culture, le patrimoine culturel et le paysage pour un nouveau tourisme alpin – 28 au 30 septembre

By | Actualités du réseau, Agenda

La délégation italienne à la Convention alpine et la Région autonome du Val d’Aoste, avec la contribution de la municipalité de Courmayeur et l’assistance scientifique d’Eurac Recherche et de la Fondazione Montagna Sicura annoncent que la conférence virtuelle « Le paysage alpin rencontre la culture, le patrimoine culturel et le paysage pour un nouveau tourisme alpin » se tiendra en différentes sessions en ligne entre le 28 et le 30 septembre 2020.

La conférence, qui met en œuvre la décision des ministres des Alpes prise à Innsbruck, prévoit la participation d’experts internationaux. Elle s’articulera autour de sessions plénières d’ouverture et d’une session de travail de clôture sur des thèmes spécifiques, tels que la valorisation du paysage culturel alpin à travers les conventions de l’UNESCO, les visites de montagne après la Conférence de Copenhague sur le climat, la promotion et la diffusion du patrimoine et des itinéraires culturels de la région alpine.

le programme de la conférence, des informations complémentaires sur la plateforme web utilisées seront communiqués prochainement

Un appel à la collecte de toutes les contributions concernant les thèmes de la conférence sera organisé dans les jours à venir.

La traduction sera simultanée pendant la conférence.

Infos à venir

Webminaire AFPCN : Mieux construire face au risque d’inondation. Etat des lieux et perspectives.

By | Actualités du réseau, Agenda, Résilience et anticipation

L’AFPCN organise le 30 juin prochain, de 10h00 à 11h30 environ, un Webinar sur “Mieux construire face au risque d’inondation. Etat des lieux et perspectives” par Guillaume Causse et Edwina Ebner, étudiants à l’Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat (ENTPE) et en stage à l’AFPCN.

Ce webinar est accessible exclusivement aux membres personnes physiques et personnes morales de l’association.

Le support de la présentation et l’enregistrement audio sont en ligne

Journées ZAA-SDA 2020 – 26 & 27 Novembre 2020

By | Actualités du réseau, Agenda, Alpes-Climat-Risques

 

Les journées ZAA-SDA 2020 se dérouleront du jeudi 26 au vendredi 27 novembre 2020, à l’Université de Grenoble Alpes à Saint-Martin-d’Hères (Grenoble). Ces journées débuteront avec l’assemblée générale annuelle de la ZAA, et se poursuivront avec des présentations des résultats de recherche, des interventions de partenaires et acteurs de territoires, et des ateliers de co-construction.

Programme et inscription à venir.

Page de l’événement

Séminaire :  gestion des espaces naturels de montagne dans le contexte de réchauffement climatique – 12 & 13 novembre 2020, Annecy

By | Actualités du réseau, Agenda, Alpes-Climat-Risques
Le Conservatoire d’espaces naturels de Haute-Savoie organise un séminaire sur la gestion des espaces naturels de montagne dans le contexte de réchauffement climatique.
Ce séminaire se déroulera à Annecy les 12 et 13 novembre 2020.
Le programme précis de ces deux journées sera diffusé au cours de l’été.

Forum mondial sur la durabilité des montagnes – Global mountain sustainability forum

By | Agenda, Alpes-Climat-Risques

Le 1er forum mondial sur la durabilité des montagnes se tiendra les 5 & 6 octobre 2020 à Sesto en Italie.

La série de conférences du Global Mountain Sustainability Forum (GMS Forum) abordera les défis particuliers concernant la durabilité dans les régions montagneuses, qui fournissent également des services écosystémiques inestimables pour les basses terres et leurs populations. Ces services ne sont souvent pas pris en compte de manière appropriée dans les politiques et les processus décisionnels.

L’événement GMS Forum 2020 abordera les questions de gouvernance de la durabilité à la croisée des cadres internationaux, et des contributions locales en se concentrant sur les thèmes du tourisme et de la gestion des ressources naturelles.

Site de l’événement

Read More

Evolutions de l’alpinisme dans le massif du Mont-Blanc : effets du changement climatique sur les itinéraires

By | Alpes-Climat-Risques

Le journal scientifique Arctic, Antarctic, and Alpine Research décerne chaque année un prix pour récompenser l’excellence d’un travail de recherche et sa contribution à notre compréhension des problématiques physiques dans les environnements froids.
Le nouveau lauréat est Jacques Mourey (EDYTEM) pour son article “Effects of climate change on high Alpine mountain environments: Evolution of mountaineering routes in the Mont Blanc massif (Western Alps) over half a century” co-rédigé par Mélanie Marcuzzi, Ludovic Ravanel & François Pallandre, (DOI: 10.1080/15230430.2019.1612216). Il documente les effets du changement climatique sur les itinéraires d’alpinisme du massif du Mont Blanc à partir de l’ouvrage « Le 100 plus belles courses » de Gaston Rébuffat.

Conférence finale du projet AdaPT Mont-Blanc « Adaptation de la planification territoriale aux Changements Climatiques : Les résultats du projet Adapt Mont-Blanc »

By | Actualités, Actualités SDA, Agenda, Alpes-Climat-Risques, EUSALP/SUERA, Projet ARTACLIM

Le PARN a participé à la conférence finale du projet AdaPT Mont-Blanc organisée sous forme de webinaire, le 23 juin 2020, sur la thématique de l’intégration de l’adaptation au changement climatique dans la planification territoriale au sein de l’Espace Mont-Blanc (EMB).
Cette rencontre avait pour objectif de présenter les résultats finaux du projet : à partir du cadre de connaissances sur les scénarios climatiques de la zone de coopération, en passant par les besoins des territoires et des administrateurs locaux par rapport à l’évolution du climat, jusqu’aux actions opérationnelles d’adaptation pour la planification et la gestion du territoire.

En qualité de membre du Groupe d’Action 8 de la SUERA, le PARN (Benjamin Einhorn et Jean-Marc Vengeon) et la Fondation Montagne Sûre (FMS, Jean-Pierre Fosson) ont souligné tout l’intérêt de valoriser les résultats du projet AdaPT-MB en diffusant ses livrables (boîte à outil, étude scientifique et indicateurs de l’observatoire du Mont-Blanc) sur l’ensemble de l’Espace Alpin, à travers les réseaux constitués par les projets Interreg (ex. GoApply), le GA8 de la SUERA et la Convention Alpine (PLANALP). Read More

Numéro spécial de Frontiers in Earth Science : Géorisques et risques dans les régions de haute montagne

By | Actualités du réseau

Simon Cook (U Dundee, s.y.cook@dundee.ac.uk), Holger Frey (U Zurich, holger.frey@geo.uzh.ch), Adam Emmer (Académie des sciences de la République tchèque, emmer.a@czechglobe.cz) et Dan Shugar (U Calgary, Daniel.shugar@ucalgary.ca) vous invitent à contribuer à un numéro spécial de Frontiers consacré aux géorisques et aux risques en haute montagne.

Ils recherchent des contributions couvrant une variété de lieux, de méthodes (par exemple, modélisation, télédétection, études de terrain) et de disciplines (sciences physiques et sociales, etc.).

Vous trouverez ici tous les détails, ainsi que les dates limites suivantes :
– Résumés 1er septembre 2020
– Manuscrits complets 15 janvier 2020

 

Retour du PARN sur le webminaire AFPCN “La normalisation en matière de gestion des risques majeurs”

By | Actualités, Résilience et anticipation

Le webinaire de l’AFPCN a rassemblé une trentaine de participants autour de François Faure (SERNOPTES – Accompagnement Risques et Crises), pour présenter en particulier la norme ISO31000 Management du risque.  Largement utilisée dans le domaine industriel, financier…  cette norme est encore assez peu connue/utilisée dans le domaine des risques naturels. Elle propose pourtant un cadre  complet sur lequel les gestionnaires de risque peuvent s’appuyer.

Retrouvez ici le support de présentation et l’enregistrement audio.

Petite analyse au prisme de la Gestion Intégrée des Risques Naturels

Dans sa présentation, F. Faure insiste sur :

  • L’importance du cadre organisationnel pour bien gérer les risques : mettre en place un tel cadre est un des objectifs de la GIRN, qui propose aujourd’hui une série de principes et d’outils en ce sens : il pourrait être intéressant de s’appuyer davantage sur la norme pour formaliser ce cadre ; c’est aussi ce qui a été proposé dans le guide méthodologique « Prise en compte du risque rocheux par les gestionnaires infrastructures » (collectif C2ROP, ed. Cerema, à paraître).
  • Le besoin de « définir des propriétaires de risques (au sens gestionnaire) – Définir qui porte un risque et quels sont réellement ses pouvoirs de décision face à ce risque » : ce point est nettement plus délicat dans nos domaines. C’est un sujet sur lequel le groupe de travail Maîtres d’Ouvrages du projet C2ROP a par exemple beaucoup discuté. Les gestionnaires ne sont pas des « gestionnaires de risques » au sens propres, mais des « gestionnaires d’infrastructures soumises à des risques », dont le risque n’est pas le cœur de métier. D’autre part, il est souvent très difficile, voire inapproprié, de définir des « propriétaires de risques » (ex. une crue vient de l’alimentation de bassins versants très en amont des communes où l’inondation provoque des dégâts ; idem pour un mouvement de terrain ou une avalanche provenant d’un versant – terrain communal par ex. – qui vient couper une route départementale).
  • Le besoin de prendre en compte tous les risques et leurs effets domino : c’est l’essence même de la GIRN !
  • La gouvernance locale  (« définir le niveau territorial de gestion de certains risques », « tenir compte des spécificités des territoires pour gérer au plus près les risques, y compris ceux qui font l’objet d’un suivi national », qui peut être mieux à même de mettre en œuvre un « leadership » engagé, point essentiel face à la dilution des responsabilités ; c’est une évidence pour beaucoup de territoires, et la crise sanitaire a bien montré les limites d’une gestion centralisée.
  • La communication et la concertation : impliquer tous les acteurs, c’est aussi un des fondements de la GIRN.

En conclusion, s’appuyer sur la norme ISO31000 peut permettre de valoriser les démarche de gestion des risques, que ce soit pour les TAGIRN et plus largement tous les organismes gérant des risques naturels.

Dans le registre de la labellisation, on peut aussi rappeler le label Pavillon orange, pour les communes disposant d’un PCS uniquement. Ce dispositif permet notamment « Une reconnaissance du travail, souvent discret, des équipes et une valorisation de l’engagement des Mairies, soucieuses de prévention et de protection.