Réf. IPCC 2002 - R

Référence bibliographique complète
Les changements climatiques et la biodiversité. Document technique V. IPCC (International Panel for Climate Change). Genêve, 2002, 80 p.

Mots-clés
Changement climatique, impacts sur biodiversité et écosystèmes, hypothèses.

Organismes / Contact
Partenaires
Sécrétariat du GIEC, c/o Organisation météorologique mondiale, 7 bis, avenue de la Paix, Case Postale 2300, 1211 Genève 2, Suisse
Publié sous la direction de Habiba Gitay (Université nationale d'Australie), Avelino Suárez (Ministère des Sciences, des Technologies et de l'Environnement (Cuba)), David Jon Dokken (University Corporation for Atmospheric Research) et préparé sous l'égide de Robert T. Watson (Banque Mondiale).
Etude consultable en ligne : http://www.ipcc.ch/pdf/technical-papers/climate-changes-biodiversity-fr.pdf
OMM, PNUE, CBD
Elaboré à la demande de l'Organe subsidiaire de conseil scientifique, technique et technologique (SBSTTA) qui relève de la Convention des Nations unies sur la diversité biologique.

Principaux rapports scientifiques sur lesquels s'est appuyé le rapport
 

(1) - Paramètre(s) atmosphérique(s) modifié(s)
(2) - Elément(s) du milieu impacté(s)
(3) - Type(s) d'aléa impacté(s)
(3) - Sous-type(s) d'aléa
Températures, précipitations Biodiversité (focus sur forêts, végétation)    

Pays / Zone
Massif / Secteur
Site(s) d'étude
Exposition
Altitude
Période(s) d'observation
Monde, Europe Régions de montagne        

(1) - Modifications des paramètres atmosphériques
Reconstitutions
 
Observations
cf. IPCC 2001 - R
Modélisations
cf. IPCC 2001 - R
Hypothèses
 

Informations complémentaires (données utilisées, méthode, scénarios, etc.)
 

(2) - Effets du changement climatique sur le milieu naturel
Reconstitutions
 
Observations
À l'échelle mondiale, les activités humaines ont causé et continueront de causer un appauvrissement de la biodiversité pour de multiples raisons (utilisation des terres, pollutions et dégradations...). Les changements climatiques exercent une pression supplémentaire et ont déjà commencé à influer sur la diversité biologique. Les changements climatiques, en particulier l'élévation des températures régionales, ont eu des incidences sur les périodes de reproduction, la durée de la saison de croissance, la répartition des espèces et les densités des populations, la fréquence des infestations parasitaires et des maladies.
Modélisations
 
Hypothèses
Selon les prévisions, les changements climatiques devraient influer sur tous les aspects de la diversité biologique; toutefois, ces prévisions doivent tenir compte des incidences d'autres activités humaines passées, présentes et futures, y compris l'augmentation des concentrations atmosphériques de dioxyde de carbone (CO2). Les changements climatiques devraient avoir des incidences sur les organismes individuels, les populations, la répartition des espèces et la composition et fonction des écosystèmes, directement (suite à l'élévation des températures et aux variations des précipitations et, dans le cas des écosystèmes marins et côtiers, aux changements du niveau de la mer et des ondes de tempêtes) et indirectement (suite au changement de l'intensité et de la fréquence des perturbations telles que les feux de friches). Des processus tels que la disparition, la modification et la fragmentation des habitats, et l'introduction et l'expansion d'espèces étrangères influeront sur les incidences des changements climatiques.Les changements climatiques anthropiques prévus auront pour effet général le déplacement des habitats de nombreuses espèces vers le pôle ou en altitude par rapport à leurs emplacements actuels.

Les changements climatiques influeront différemment sur les espèces ; celles-ci connaîtront des taux de migration différents, dans des paysages fragmentés, et les preuves de ces changements n'apparaîtront que lentement dans les écosystèmes dominés par des espèces à longue durée de vie (arbres longévifs, etc.). Un changement de la composition de la majorité des écosystèmes actuels est probable, étant donné que les migrations des espèces composant un écosystème ne seront pas simultanées. Les changements les plus rapides sont prévus dans les régions où ils seront accélérés par des variations des régimes de perturbations non climatiques naturelles et anthropiques.

Les changements de la fréquence, de l'intensité, de l'étendue et de la situation des perturbations, influeront sur les risques et le rythme de remplacement des écosystèmes existants par de nouveaux écosystèmes végétaux et animaux. Les perturbations peuvent accélérer la disparition des espèces et créer des opportunités pour l'établissement de nouvelles espèces.

Les risques d'extinction augmenteront pour de nombreuses espèces déjà vulnérables. Les espèces ayant des aires de répartition climatiques restreintes et/ou des besoins très spécifiques en matière d'habitat et/ou de petites populations sont généralement les plus vulnérables face au risque d'extinction. À l'opposé, les risques d'extinction sont moindres pour les espèces ayant des aires de répartition étendues et continues, des mécanismes de dispersion à grande échelle et d'importantes populations. Si peu de preuves existent quant à un ralentissement possible de l'appauvrissement des espèces du fait des changements climatiques, certaines preuves indiquent que ces changements risquent d'augmenter l'appauvrissement des espèces. La biodiversité de certaines régions pourrait augmenter -en général, du fait d'introductions d'espèces, dont les conséquences à long terme sont difficiles à prévoir.

Incidences des changements climatiques sur la diversité biologique et écosystèmes vulnérables en Europe :


• Changements prévus pour la composition, la structure et la fonction des écosystèmes, avec des déplacements vers le pôle et en altitude pour certaines espèces : le pergélisol diminuera ; les arbres et les buissons s'étendront vers la toundra septentrionale ; et les arbres feuillus empièteront sur les forêts de conifères. Dans les forêts boréales sud, les espèces de conifères devraient diminuer en raison d'une augmentation concurrente des espèces d'arbres à feuilles caduques.

• Dans les régions de montagne, des températures en hausse entraîneront un déplacement en altitude des zones biotiques et cryosphériques et perturberont le cycle hydrologique. En raison d'une saison de croissance plus longue et de températures plus élevées, les zones alpines européennes seront réduites suite à la migration en altitude des espèces d'arbres. Il y aura une nouvelle répartition des espèces, avec, dans certains cas, un risque d'extinction dû à l'absence de possibilités de migration en altitude, parce que les espèces ne pourront migrer assez rapidement ou qu'il n'y aura pas de zone de migration.

• Dans les bassins hydrographiques dominés par la fonte des neiges, les débits printaniers maximum seront plus précoces et il pourra y avoir diminution des débits estivaux et des niveaux dans les cours d'eau et les lacs, ce qui aura des effets sur les écosystèmes aquatiques.

Sensibilité du milieu à des paramètres climatiques
Informations complémentaires (données utilisées, méthode, scénarios, etc.)
   

(3) - Effets du changement climatique sur l'aléa
Reconstitutions
 
Observations
 
Modélisations
 
Hypothèses
 

Paramètre de l'aléa
Sensibilité du paramètres de l'aléa à des paramètres climatiques
Informations complémentaires (données utilisées, méthode, scénarios, etc.)
 
 

(4) - Remarques générales
La modélisation des changements de la diversité biologique en réponse aux changements climatiques s'avère difficile. Les données et les modèles nécessaires à la prévision de l'ampleur et de la nature des futurs changements au sein des écosystèmes et de la répartition géographique des espèces sont incomplets, et, par conséquent, ces effets ne peuvent être que partiellement quantifiés.

Les incidences des mesures d'atténuation des changements climatiques sur la diversité biologique dépendent du contexte, du type, et de la mise en oeuvre de ces mesures. L'utilisation des terres, les changements d'affectation des terres et les activités forestières (boisement, reboisement, prévention du déboisement, et amélioration de la gestion des forêts, des cultures et des pâturages) et l'utilisation de sources d'énergie renouvelable (énergie hydroélectrique, énergie éolienne, solaire et biocombustibles) peuvent influer sur la diversité biologique en fonction du choix des emplacements et des méthodes de gestion.

(5) - Préconisations et recomandations
Destinataires et portée du rapport Chercheurs et gestionnaires en charge des écosystèmes et de la biodiversité
Types de recommandations et / ou préconisations
Les mesures d'adaptation aux changements climatiques peuvent promouvoir la conservation et l'utilisation durable de la diversité biologique et diminuer les incidences des changements climatiques et des extrêmes climatiques sur la diversité biologique. Ces mesures incluent la création d'une mosaïque de réserves terrestres, d'eau douce et d'eau de mer polyvalentes interconnectées et conçue en tenant compte des changements climatiques prévus, ainsi que des mesures intégrées pour la gestion des terres et de l'eau ayant pour but de réduire les contraintes non climatiques sur la biodiversité et donc d'atténuer la vulnérabilité des systèmes face à l'évolution climatique. Certaines de ces mesures d'adaptation peuvent aussi réduire la vulnérabilité des populations aux extrêmes climatiques. Ces mesures d'adaptation et d'atténuation peuvent être plus efficaces lorsqu'elles sont intégrées à des stratégies plus générales visant à renforcer la durabilité des voies de développement.

Parmi les besoins identifiés en matière d'information et d'évaluations, on peut citer :
• L'amélioration des connaissances sur l'interaction entre la diversité biologique, la structure et la fonction des écosystèmes, et la dispersion et/ou la migration dans des paysages fragmentés.
• Une meilleure compréhension de la réponse de la biodiversité aux changements des facteurs climatiques et autres pressions.
• Le développement de modèles à résolution appropriée pour des écosystèmes et des changements climatiques transitoires, en particulier pour la quantification des incidences des changements climatiques sur la biodiversité à toutes les échelles, avec prise en compte des rétroactions.
• Une meilleure compréhension des incidences locales et régionales sur la biodiversité des options d'adaptation et d'atténuation aux changements climatiques.
• La poursuite du développement de méthodes, critères, et indicateurs pour l'évaluation des incidences sur la biodiversité et sur les autres aspects du développement durable des mesures d'atténuation et d'adaptation aux changements climatiques.
• L'identification de mesures et de politiques pour la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité, susceptibles d'avoir des effets positifs sur les options d'adaptation et d'atténuation.