Réf. GICC-Rhône 2005 -R

Référence bibliographique complète
Impacts des changements climatiques sur l'hydrologie du bassin du Rhône (projet GICC-Rhône, rapport final révisé - version courte). BOONE A., HABOTS F., MARTIN E., ETCHEVERS P., LEBLOS E., LEDOUX E., NOILHAN J., 2005.

Mots-clés
Régime de rivière, changement climatique, modélisation, bassin du Rhône, couverture neigeuse.

Organismes / Contact
Partenaires
Météo France, Eric Martin : 05 61 07 93 58, Eric.Martin@meteo.fr
CEMAGREF
Ecole des Mines de Paris
CETP

Principaux rapports scientifiques sur lesquels s'est appuyé le rapport
 

(1) - Paramètre(s) atmosphérique(s) modifié(s)
(2) - Elément(s) du milieu impacté(s)
(3) - Type(s) d'aléa impacté(s)
(3) - Sous-type(s) d'aléa
Températures de l’air, précipitations, vitesse du vent, humidité spécifique de l’air, rayonnements incidents atmosphériques et solaires Enneigement
Régime hydrologique des cours d'eau
Crues  

Pays / Zone
Massif / Secteur
Site(s) d'étude
Exposition
Altitude
Période(s) d'observation
France Bassin versant du Rhône (Alpes et Jura)        

(1) - Modifications des paramètres atmosphériques
Reconstitutions
 
Observations
 
Modélisations
 
Hypothèses
 

Informations complémentaires (données utilisées, méthode, scénarios, etc.)
 

(2) - Effets du changement climatique sur le milieu naturel
Reconstitutions
 
Observations
 
Modélisations
Pour le Rhône dans son ensemble, ainsi que pour la Saône et l’Ardèche, les eaux moyennes et les étiages ont tendance à diminuer alors que les hauts débits ont tendance à augmenter. Pour la Durance, au régime nival, une diminution du pic de fonte et un moindre maigre hivernal sont observés. Mais ces conclusions sont fortement dépendantes du scénario retenu (les crues augmentent de 12% avec le modèle du CNRM, alors qu’elles diminuent légèrement avec le modèle du LMD).

Les écoulements sont susceptibles de diminuer de mai à novembre, mais l’évolution hivernale dépend du scénario retenu. La diminution de l’écoulement printanier, conséquence de la diminution de la composante nivale, est la conclusion la plus nette qui a été tirée de l’étude.

L’impact du réchauffement est en effet une diminution générale des hauteurs de neige, de l’accumulation maximale et de la durée de l’enneigement. Cette diminution est forte à basse et moyenne altitudes (réduction de 50% du manteau neigeux, voire disparition) et sensible en haute montagne (-20% pour l’accumulation maximale). Les surfaces enneigées pendant l’hiver diminuent en moyenne de 25 à 40% selon les scénarii.

La fonte du manteau neigeux se produisant plus tôt et les précipitations neigeuses diminuant, les forts débits printaniers sont généralement réduits et apparaissent 1 mois plus tôt. Les débits hivernaux augmentent sensiblement (davantage de pluies) alors que les débits estivaux sont réduits de 50% (assèchement plus marqué des sols). Ces tendances générales sont reproduites par tous les scénarii, à des degrés divers.
Hypothèses
 

Sensibilité du milieu à des paramètres climatiques
Informations complémentaires (données utilisées, méthode, scénarios, etc.)
 
Modélisation hydrologique déterministe du bassin versant complétée par une caractérisation des impacts associés :
Evaluation du changement climatique global avec un scénario de doublement du taux de CO2 grâce à 4 modèles de circulation atmosphérique (basse et haute résolution) ;
Désagrégation des données globales (méthode des perturbations) vers les échelles détaillées nécessaires à la modélisation hydrologique et détermination de 6 scénarii combinant des variables climatiques observées (données provenant de 131 stations réparties sur le bassin versant sur la période 1981-1997) avec les anomalies simulées pour les températures et précipitations ;
Application des scénarii de forçage climatique à 5 modèles hydrologiques différents (Modcou, ISBA-Modcou, Marthe, CEQUEAU, Ecomag) couvrant la partie française du bassin versant du Rhône ou des affluents particuliers ;
Comparaison des résultats entre eux et avec le régime actuel ;
Déduction des effets du changement climatique sur les variables physiques majeures des hydrosystèmes étudiés et interprétation en termes d'impact sur l'hydrologie générale, les interactions avec les eaux souterraines, la végétation spontanée, les systèmes agricoles irrigués et les communautés ichtyologiques ;
Quantification des incertitudes (dans la mesure du possible).

(3) - Effets du changement climatique sur l'aléa
Reconstitutions
 
Observations
 
Modélisations
Hypothèses
 

Paramètre de l'aléa
Sensibilité du paramètres de l'aléa à des paramètres climatiques
Informations complémentaires (données utilisées, méthode, scénarios, etc.)
 
 

(4) - Remarques générales
Le premier facteur d’incertitude sur l’hydrologie à venir est le choix du scénario atmosphérique ; la dispersion entre les sorties des modèles hydrologiques, quoique significative, reste pour le moment nettement inférieure.

(5) - Préconisations et recomandations
Destinataires et portée du rapport Chercheurs (modélisations climato-hydrologiques)
Types de recommandations et / ou préconisations