Réf. EDYTEM 2008

Référence bibliographique complète

EDYTEM 2008. Étude intégrée du bassin versant du Vorz consécutive à la crue des 22 et 23 Aout 2005, Belledonne – Isère. ALLIGNOL, F., ARNAUD, F., CHAMPAGNAC, J.-D., DELANNOY, J.-J., DELINE, P., FUDRAL, S., GASQUET, D., LEGAZ, A., PAILLET, A., PLOYON, E. et al., Rapport Scientifique, 202 pp.


Mots-clés
 

Organismes / Contact

EDYTEM – UMR 5204 du CNRS et de l’Université de Savoie


(1) - Paramètre(s) atmosphérique(s) modifié(s)
(2) - Elément(s) du milieu impacté(s)
(3) - Type(s) d'aléa impacté(s)
(3) - Sous-type(s) d'aléa
Températures Erosion / sédimentation lacustre Aléas torrentiels Crues et laves torrentielles

Pays / Zone
Massif / Secteur
Site(s) d'étude
Exposition
Altitude
Période(s) d'observation
France Massif de Belledonne Haut bassin versant du torrent du Vorz (communes de Sainte-Agnès et de Saint-Mury-Monteymont)     ~1750-2008

(1) - Modifications des paramètres atmosphériques
Reconstitutions

 

Observations
 
Modélisations
 
Hypothèses
 

Informations complémentaires (données utilisées, méthode, scénarios, etc.)
 

(2) - Effets du changement climatique sur le milieu naturel
Reconstitutions
 
Observations
 
Modélisations
 
Hypothèses
 

Sensibilité du milieu à des paramètres climatiques
Informations complémentaires (données utilisées, méthode, scénarios, etc.)
 

 


(3) - Effets du changement climatique sur l'aléa
Reconstitutions

Synthèse de l'approche historique sur les archives des crues :
L’étude des archives départementales et communales a permis de remonter jusqu’au milieu du 18e siècle (1740-48) et de mettre en évidence une relative récurrence des phénomènes hydrologiques majeurs voire catastrophiques. C’est près de 20 événements qui ont été répertoriés en 2,5 siècles. Il est intéressant de mettre en résonance cet inventaire avec la « mémoire » actuelle qui considérait le Vorz et les torrents de Belledonne comme des entités peu soumises aux crues. Le recul offert par l’étude des archives permet de relativiser la vision « actualiste » du Vorz et de souligner que ce torrent a été et est soumis à des réponses catastrophiques engendrées par des conditions environnementales propices (Petit Age Glaciaire) et des événements météorologiques particuliers. Il est intéressant de relever que la distribution temporelle de ces événements n’est pas aléatoire. Ils correspondent en partie à des événements climatiques déjà connues : fin du Petit Age Glaciaire (1850), épisode climatique chaud et humide des années 1930-1940, et emballement du réchauffement climatique actuel depuis les années 1980.

La [synthèse] des crues du Vorz depuis 1748 souligne l’importance estimée des événements à partir des archives historiques (évènement classé sur une échelle de 1 à 4). [...] Les évènements exceptionnels [...] correspondent aux crues du milieu du 19e siècle (1851-1852) qui marque la fin du Petit Age Glaciaire et à celle de 2005 [dont le le caractère exceptionnel est mis en évidence]. Afin de mesurer à bon escient [l'exceptionnalité de cet événement], il importe de croiser les données issues des archives historiques avec les informations extraites des archives naturelles. Ce croisement est essentiel car on sait que des événements majeurs ont pu exister sans pour autant qu’ils aient été documentés du fait qu’ils ne concernaient pas des zones d’habitat ou d’usages agro-pastorales, forestiers voire industriels.

Reconstitution des crues et de la dynamique environnementale dans le bassin versant du Lac Blanc [étude paléolimnologique] :

Evolution de la fréquence et de l’intensité des crues torrentielles dans le Lac Blanc depuis 1750:
[La chronique sédimentaire reconstituée permet d’accéder à l’évolution de la fréquence (nombre d’évènement par décennie) et de l’intensité (épaisseur moyenne par décennie) des crues torrentielles dans le Lac Blanc depuis environ 250 ans]. [Ces données paléolimnologiques montrent que] le vingtième siècle a connu une diminution importante de la fréquence des crues torrentielles. Inversement, on note que les évènements de 1987 et 2005 sont ceux qui présentent la plus forte intensité de tout la période considérée. On assisterait donc aujourd’hui à une diminution de la fréquence des crues, mais à une augmentation de leur intensité.

Conclusion:
[Les] données montrent une évolution de la fréquence et l’intensité des crues torrentielles au cours du 20ème siècle et singulièrement au cours de trois dernières décennies. En effet ces décennies, les plus chaudes du siècle, sont également celles qui ont connu les deux plus importantes crues torrentielles depuis 250 ans, mais également celles pour lesquelles la fréquence des crues a été la plus faible.

Deux explications sont possibles à cette évolution inverse.
• La première consisterait à considérer que la plus grande quantité de sédiment déplacé à l’occasion des dernières crues est justement due à un plus grand temps de retour qui permet aux affluents de se recharger en sédiment. Un tel fonctionnement est classique dans de nombreux torrents de montagne et a été maintes fois observé. Toutefois, [...] le stock de matériel remobilisable n’est pas un facteur limitant dans le cas du torrent de Freydane, celui-ci coulant majoritairement sur du matériel morainique facilement érodable.
• La seconde explication serait que le réchauffement climatique favorise des situations météorologiques instables sur les Alpes au cours de l’été qui se traduisent par des événements particulièrement violents. A cet égard, il est notable que les deux derniers épisodes de crues catastrophiques (1987 et 2005) correspondent à des situations météorologiques exceptionnelles qui ont causé des dégâts majeurs à l’échelle de tout l’arc alpin.

Observations
 
Modélisations
 
Hypothèses

Dans l’état actuel des connaissances et au vu de l’évolution climatique et torrentielle des derniers siècles, il apparait probable que les prochaines années seront marquées par une diminution de la fréquence des crues torrentielles et par une augmentation concomitante de leur intensité.


Paramètre de l'aléa
Sensibilité des paramètres de l'aléa à des paramètres climatiques
Informations complémentaires (données utilisées, méthode, scénarios, etc.)
Fréquence et intensité des crues torrentielles

Exploitation des archives administratives et cartographiques :
La reconstitution des événements hydrologiques passés repose sur la consultation et l’analyse des documents administratifs, comptables et cartographiques consultables aux Archives départementales de l’Isère et dans les archives communales de Sainte-Agnès et de Saint-Mury-Monteymont.

Reconstitution des crues et de la dynamique environnementale dans le bassin versant du Lac Blanc :
Dans le cadre de l’étude intégrée du bassin du Vorz, une étude paléolimnologique a été menée sur le Lac Blanc de Belledonne. L’approche paléolimnologique consiste à tenter de reconstituer l’histoire environnementale d’un bassin versant à partir de l’étude des sédiments lacustres, prélevés sous forme de carottes sédimentaires.


(4) - Remarques générales
 

(5) - Syntèses et préconisations

La crue du Vorz des 22-23 août 2005 est unanimement reconnue comme exceptionnelle. Cependant le Vorz a connu en moins de vingt ans deux épisodes de crues significatifs (1987 et 2005) qui ont causé d’importants dommages aux infrastructures humaines. La mémoire collective n’étant plus efficace au-delà de trois générations dans nos sociétés, une recherche a donc été effectuée pour replacer la crue de 2005 dans un contexte historique plus large.

La recherche de l’existence dans le passé de cas comparables pour appréhender au mieux leur récurrence et leurs impacts a porté sur l’exploitation des archives humaines et naturelles. L’étude des archives départementales et communales a permis de remonter jusqu’au milieu du 18e siècle (1740-48) et de mettre en évidence une relative récurrence des phénomènes hydrologiques majeurs voire catastrophiques. Une vingtaine d’événements a été été répertoriée en 250 ans, dont des crues également exceptionnelles en 1851 et 1852.

Le torrent a été et est soumis à des réponses catastrophiques engendrées par des événements météorologiques particuliers et des conditions environnementales propices :
• Petit Age Glaciaire (1550-1860) ;
• épisode climatique chaud et humide des années 1930-1940 ;
• emballement du réchauffement climatique actuel depuis les années 1980.

Les crues exceptionnelles de 1851 et 1852 correspondent à la fin du Petit Age Glaciaire, celles de 1987 et 2005 au réchauffement climatique.

Les archives humaines permettent d’estimer l’importance d’une crue à partir des endommagements sur les biens et les personnes, donc dans les zones habitées. Les archives naturelles offrent la possibilité de quantifier l’intensité des crues du passé dans la partie haute du bassin versant à partir des mémoires inscrites dans les formes et dépôts géomorphologiques et ici plus particulièrement lacustres.

Les sédiments du lac Blanc montrent une évolution très nette de la fréquence et l’intensité des crues torrentielles au cours du 20ème siècle et singulièrement au cours de trois dernières décennies. Les archives historiques montrent que la crue de 2005, n’est pas un phénomène isolé et peut se reproduire. En altitude, dans le contexte du réchauffement climatique, les archives naturelles (sédiments lacustres) indiquent que les prochaines années seront marquées par une diminution de la fréquence des crues torrentielles et par une augmentation concomitante de leur intensité.

Cette étude paléolimnologique apporte des éléments de réflexions quant à une évolution inattendue de l’aléa torrentiel dans les Alpes et singulièrement dans la vallée du Vorz, en réponse au réchauffement climatique global. Ces observation nécessitent toutefois d’être étendues à d’autre systèmes et à d’autres massif afin d’être confirmées.

Références citées :