Réf. Richard 2011 - P

Référence bibliographique complète

RICHARD, D. 2011. Impact du changement climatique sur les crues torrentielles. Actes du séminaire international d’experts « Adaptation de la gestion des risques naturels face au changement climatique » 26 janvier 2011, Domancy (Haute-Savoie). [Actes en ligne]

Abstract:

Mots-clés
 

Organismes / Contact

• Cemagref - UR ETNA

Ce séminaire s'est déroulé dans le cadre du WP6 du projet ADAPTALP.


(1) - Paramètre(s) atmosphérique(s) modifié(s)
(2) - Elément(s) du milieu impacté(s)
(3) - Type(s) d'aléa impacté(s)
(3) - Sous-type(s) d'aléa
 

 

   

Pays / Zone
Massif / Secteur
Site(s) d'étude
Exposition
Altitude
Période(s) d'observation
           

(1) - Modifications des paramètres atmosphériques
Reconstitutions

 

Observations

 

Modélisations

 

Hypothèses

 


Informations complémentaires (données utilisées, méthode, scénarios, etc.)

 


(2) - Effets du changement climatique sur le milieu naturel
Reconstitutions

 

Observations

 

Modélisations

 

Hypothèses

 


Sensibilité du milieu à des paramètres climatiques
Informations complémentaires (données utilisées, méthode, scénarios, etc.)

 

 


(3) - Effets du changement climatique sur l'aléa
Reconstitutions

 

Observations

Les écoulements torrentiels ont la caractéristique d’être constitués à la fois d’eau et de sédiments, et se caractérisent surtout par leur partie sédimentaire (composante solide).

La composante liquide

Concernant la partie « eau », les conclusions pour les torrents sont semblables à celles sur les rivières quant à l’impact du changement climatique : on ne détecte pas d’évolution notable dans un sens ou dans l’autre pour la partie liquide des crues des torrents.

Un point important est que le déficit de données hydrométéorologiques est sans doute encore plus criant pour les torrents que pour les bassins versants de plus grande taille. Un cas bien connu est celui des massifs qui entourent l’agglomération grenobloise, où un déficit de stations pluvio-hydrométriques est constaté depuis déjà plusieurs années, et où aucun maître d’ouvrage potentiel n’a été trouvé jusqu’à présent. À ce titre, l’exemple de l’investissement effectué par le CG73 dans un petit réseau de pluviographes est encourageant [cf. présentation A. Lescurier]. Le problème n’est pas simple, car dans une optique d’observation de l’évolution climatique, mettre en place aujourd’hui un nouveau réseau de mesure ne donnera des résultats exploitables qu’à long terme ; la décision n’est donc pas facile à prendre. Cependant, l’exemple des avalanches montre que c’est grâce à l’initiative de Mougin, il y a plus de 100 ans, que l’on dispose aujourd’hui de données d’observation relativement longues sur les avalanches, exploitables aujourd’hui pour l’analyse des effets du changement climatique…

La composante solide

Concernant la partie sédimentaire, dont les laves torrentielles sont principalement constituées (elles peuvent contenir jusqu’à 3 ou 4 fois plus de sédiments que d’eau), l’effet le plus notable (et d’ores et déjà observé) est l’apparition de nouvelles sources de sédiments mobilisables, en particulier consécutivement à la fonte du pergélisol dans certains secteurs. Ce phénomène est plus directement lié à l’évolution des températures, or c’est sur l’évolution des températures (moyennes) qu’on dispose des connaissances les plus précises. Il faut préciser que, hormis peut-être pour les risques d’origine glaciaire, ce sont les valeurs extrêmes plutôt que les valeurs moyennes qui risquent d’impacter les phénomènes générateurs de risques.

Il reste aussi des interrogations sur l’apparition possible de nouvelles sources de sédiments résultant du retrait des glaciers. Celles-ci ne présenteront peut-être pas des volumes de sédiments importants dans tous les cas, selon que le glacier se retire sur la surface rocheuse (bedrock) ou sur des matériaux mobilisables (moraine).

Sur le long terme, l’évolution de la couverture végétale pourrait également avoir un impact sur la capacité des cours d’eau torrentiels à mobiliser des sédiments, soit dans un sens (érosion accrue) soit dans un autre (effet stabilisant).

De manière générale, il reste difficile de prévoir une tendance dans l’évolution à venir de la fourniture en matériaux aux torrents. En effet, on peut imaginer des combinaisons diverses de processus, qui auraient des effets assez contraires, et qui pourraient déboucher sur des scénarios assez contrastés, hormis dans les situations où se produirait une mise à disposition massive de sédiments due à la fonte du pergélisol…

Modélisations

 

Hypothèses

 


Paramètres de l'aléa
Sensibilité du paramètre de l'aléa à des paramètres climatiques et du milieu
Informations complémentaires (données utilisées, méthode, scénarios, etc.)

 

 

 


(4) - Remarques générales

 


(5) - Préconisations et recomandations

 

Références citées :