Réf. Bodin & al. 2007 - P

Référence bibliographique complète
SHF 2007 (15 et 16 mars 2007, Grenoble). Le suivi du glacier rocheux de Laurichard (Parc National des Ecrins, Hautes Alpes) : quelles réponses du pergélisol alpin face au réchauffement climatique ? BODIN X., THIBERT E., REYNAUD L., FABRE D., SCHOENEICH P.

Mots-clés
Pergélisol, glacier rocheux, température, vitesses de déplacement, Laurichard

Organismes / Contact
S.H.F. (Société Hydrotechnique de France)
Université Paris 7-Denis Diderot
Institut de Géographie Alpine, UJF Grenoble
CEMAGREF, UR ETNA, Grenoble
CNAM, Paris

(1) - Paramètre(s) atmosphérique(s) modifié(s)
(2) - Elément(s) du milieu impacté(s)
(3) - Type(s) d'aléa impacté(s)
(3) - Sous-type(s) d'aléa
Temperature Pergélisol
Glacier rocheux
   

Pays / Zone
Massif / Secteur
Site(s) d'étude
Exposition
Altitude
Période(s) d'observation
France Massif de Combeynot (Hautes Alpes) Glacier rocheux de Laurichard N - NE   ~1980-2006

(1) - Modifications des paramètres atmosphériques
Reconstitutions
 
Observations
Un réchauffement marqué du climat régional (entre +0,02 et +0,04°C/a) s’observe au cours de la décennie 90, avec une série rapprochée d’années chaudes entre 1997 et 2003.
Modélisations
Hypothèses
 

Informations complémentaires (données utilisées, méthode, scénarios, etc.)
Données issues des stations météo de Briançon, Le Monetier et St Christophe (moyennes des températures lissées sur 12 mois sur la période 1965-2006).

(2) - Effets du changement climatique sur le milieu naturel
Reconstitutions
 
Observations
L’augmentation des températures du pergélisol dans les Alpes est nette à partir de 1990, s’interrompt en 1995 (hiver peu enneigé) mais la tendance générale se poursuit (+0,025°C/a à 19m entre 1985 et 2002).

L’accélération du glacier rocheux de Laurichard durant la décennie 90 suit une tendance marquée dans les Alpes. Après un maximum en 2001, les vitesses retrouvent des valeurs comparables à la période 1980-90. Si les tendances de la température annuelle moyenne de l’air à Monetier et de la vitesse moyenne du glacier rocheux sont proches, les variabilités diffèrent significativement, et les décalages indiquent l’influence d’autres contrôles (en particulier l’enneigement). Le contrôle climatique le plus significatif semble être la température en décembre : rôle de la date d’installation du manteau neigeux dans l’isolation thermique du sol.

L’hiver neigeux de 2003-2004 a clairement empêché le sol de se refroidir, conservant l’excès de chaleur stocké durant l’été 2003. Les vitesses élevées de 2004 et l’affaissement notable de la surface (fonte du toit du pergélisol) du glacier rocheux pourraient en être les conséquences (Kääb et al., 2006, Arenson et al., 2002).
Modélisations
 
Hypothèses
La comparaison des sondages électriques effectués au cours des deux dernières décennies laisse supposer que la structure du pergélisol s’est modifiée sous l’effet de l’élévation de sa température. La baisse des résistivités observée entre 1986 et 2006 pourrait être liée au réchauffement climatique, et avoir pour origine directe l’augmentation de la température du pergélisol et une diminution de l’épaisseur des corps de glace.

Tout comme d’autres glaciers rocheux dans les Alpes, celui de Laurichard semble réagir au réchauffement marqué depuis de la fin des années 80, dont les effets pourraient être amplifiés par des hivers plus neigeux.

Sensibilité du milieu à des paramètres climatiques
Informations complémentaires (données utilisées, méthode, scénarios, etc.)
Température de l'air et vitesse du glacier rocheux
 

(3) - Effets du changement climatique sur l'aléa
Reconstitutions
 
Observations
Modélisations
 
Hypothèses
 

Paramètres de l'aléa
Sensibilité du paramètre de l'aléa à des paramètres climatiques et du milieu
Informations complémentaires (données utilisées, méthode, scénarios, etc.)
 
 

(4) - Remarques générales
Le suivi du glacier rocheux de Laurichard, actuellement inscrit dans les suivis à long terme du Parc National des Ecrins, constitue une série unique en France, d’autant plus précieuse qu’elle rend compte de l’évolution du pergélisol alpin à ses limites et dans des montagnes où le recul glaciaire est parfois en voie d’achèvement (Alpes du Sud). Les symptômes de dégradation visibles ici, et les scénarii des tendances climatiques futures, doivent inciter à mieux prendre en compte l’évolution future du pergélisol dans nos montagnes. La stabilité des versants et les ressources en eau de certains espaces pourraient en effet être remises en cause, certains phénomènes en sont déjà vraisemblablement les prémisses.

(5) - Préconisations et recomandations
 

Références citées :

ARENSON, L., M. HOELZLE, et al. (2002). "Borehole deformation measurements and internal structure of some rock glaciers in Switzerland." Permafrost and Periglacial Processes 13: 117-135.

FRANCOU, B. (1981). Géodynamique des éboulis et formes associées de la Combe de Laurichard. Géographie. Grenoble, Université Joseph Fourier: 153.

FRANCOU, B. and L. REYNAUD (1992). "10 years of surficial velocities on a Rock glacier (Laurichard, French Alps)." Permafrost and Periglacial Processes 3: 209-213.

HARRIS, C., D. VON DER MÜHLL, et al. (2003). "Warming permafrost in Europeans mountains." Global and Planetary Change 39: 215-225. - [Fiche biblio]

JOMELLI, V. (2000). "La combe de Laurichard : le Kärkevagge des Alpes françaises." Environnements Périglaciaires 7: 41-46.

KÄÄB, A., R. FRAUENFELDER, et al. (2006). "On the response of rockglacier creep to surface temperature increase." Global and Planetary Change.

ROER, I., M. AVIAN, et al. (2005). Rockglacier "speed-up" throughout European Alps - a climatic signal ? 2nd European Conference on Permafrost, Potsdam, Alfred-Wegener-Stiftung.
- [Fiche biblio]