Réf. Bravard 2004 - A

Référence bibliographique complète
BRAVARD, J.P. Synthèse de la journée sur les crues. La Houille Blanche, 2004, N°6, p. 55.

Mots-clés
Crues, hydrologie, variabilité multi-décennale, échelle pluri-centennale, Europe, régionalisation

Organismes / Contacts
Université Lyon II

(1) - Paramètre(s) atmosphérique(s) modifié(s)
(2) - Elément(s) du milieu impacté(s)
(3) - Type(s) d'aléa impacté(s)
(3) - Sous-type(s) d'aléa
    Crues  

Pays / Zone
Massif / Secteur
Site(s) d'étude
Exposition
Altitude
Période(s) d'observation
Europe Centrale (Rhin), République Tchèque, Slovaquie, Allemagne, France, Suisse          

(1) - Modifications des paramètres atmosphériques
Reconstitutions
 
Observations
 
Modélisations
 
Hypothèses
 

Informations complémentaires (données utilisées, méthode, scénarios, etc.)
 

(2) - Effets du changement climatique sur le milieu naturel
Reconstitutions
 
Observations
 
Modélisations
 
Hypothèses
 

Sensibilité du milieu à des paramètres climatiques
Informations complémentaires (données utilisées, méthode, scénarios, etc.)

 

(3) - Effets du changement climatique sur l'aléa
Reconstitutions

 

Observations
 
Modélisations
 
Hypothèses
 

Paramètres de l'aléa
Sensibilité du paramètre de l'aléa à des paramètres climatiques et du milieu / Facteurs de contrôle
Informations complémentaires (données utilisées, méthode, scénarios, etc.)
 
 

(4) - Remarques générales

Cet article synthétise les réflexions menées dans le cadre d'une journée organisée sur le thème : "Crues extrêmes régionales en Europe - Perspectives historiques" (voir La Houille Blanche, 2004, N°5 et 6). L'un des principaux enseignements de cet article pointe la nécessité de disposer d’une base de données construite à l’échelle de l’Europe dans une optique de régionalisation.

En premier lieu, notons la fréquente prise en compte du temps dans la réflexion hydrologique, notamment à l’échelle pluri-centennale. Cet aspect des choses n’est pas novateur en soi, mais il est nettement apparu que le chantier était dorénavant européen et marqué du sceau de l’interdisciplinarité. Les corpus de données historiques existent et leur valorisation est en chantier. Peut-être serait-il utile de rapprocher la communauté des historiens de l’hydrologie de celle des archéologues et géoarchéologues car leurs apports conjugués auraient un plus fort potentiel.

On mettra l’accent sur une série de questions encore ouvertes qui ont été abordées dans les exposés et dans les débats :
  • Quels sont les débits réels des cours d’eau si l’on prend en compte les incertitudes liées au transport solide et à la transformation des lits fluviaux pendant les crues ?
  • Comment s’est déroulée la sortie du Petit Âge Glaciaire sur le plan hydrologique ?
  • Quelle est la signification réelle des épisodes hydrologiques que vient de comparaître l’Europe ?
  • Quels sont les liens entre les épisodes hydrologiques extrêmes et le comportement de l’atmosphère ?
  • Quelles sont les interactions entre l’hydrologie des crues telle qu’elle est mesurée et les transformations des modalités de l’écoulement (volumes et pics de crues, vitesses d’écoulement en lit mineur et en lit majeur) sous l’impact des activités humaines ?
Il paraît en effet utile de distinguer aussi soigneusement que possible ce qui relève des changements de la couverture du sol (cf. la communication de M. Engel [cf. 3]), des effets des aménagements hydrauliques (retenues, endiguements), des altérations du lit mineur par les extractions et la sédimentation, enfin de l’augmentation de la vulnérabilité. Beaucoup d’exposés considèrent implicitement, à tort, que ces conditions n’ont pas varié au fil des derniers siècles, ce qui rend les comparaisons inter-périodes difficiles.

Le colloque a enfin abordé l’importante question des effets économiques, sociaux et réglementaires des grandes crues. Si les effets négatifs sont relativement bien connus, des participants comme D. Cœur [cf. 4], N. Vassallo et M. Jordan [cf. 5], ont aussi relevé des aspects positifs. Les catastrophes de l’histoire ont accéléré les prises de conscience et les prises de décision législatives et ont pu remettre en question des choix techniques erronés. Les effets de choix en matière d’annonce des crues de protection se font sentir aujourd’hui et conditionnent le déroulement des inondations et les composantes du risque.

Il y a peu, les archéologues américains ont mis en évidence au Xe-XIIIe siècles des périodes de sécheresse d’une gravité jusqu’alors ignorée et qui expliquent les difficultés graves vécues par certaines sociétés ; il est fort probable que l’Europe médiévale et moderne a connu des phases de crise extrêmes dont la connaissance précise serait riche d’enseignements pour notre société.

Un des apports majeurs du colloque a été l’accent mis sur la variabilité de l’hydrologie à l’échelle de temps multidécennale.

[En Europe Centrale,] Glaser et al. [cf. 1], en montrant que certaines périodes des siècles passés ont été plus actives que la période récente, contribuent à relativiser l’ampleur du « changement » récent ; après tout, il n’est pas exclu que ce nous appelons « changement » ne soit qu’un épisode de forte activité de l’Holocène récent.

P. Brázdil [cf. 2] a étudié l’accalmie de la majeure partie du XXe siècle dans les bassins de l’Elbe et de la Vltava avant les crues de la dernière décennie. Ce type d’étude revêt une importance particulière car il tend à mettre en évidence des épisodes brefs et des phases d’une acuité inconnue susceptibles d’étendre les marges de la fourchette de variabilité connue.


(5) - Syntèses et préconisations

Un des apports majeurs du colloque a été l’accent mis sur la variabilité de l’hydrologie à l’échelle de temps multidécennale.

Notons la fréquente prise en compte du temps dans la réflexion hydrologique, notamment à l’échelle pluri-centennale. Cet aspect des choses n’est pas novateur en soi, mais il est nettement apparu que le chantier était dorénavant européen et marqué du sceau de l’interdisciplinarité. Les corpus de données historiques existent et leur valorisation est en chantier. Peut-être serait-il utile de rapprocher la communauté des historiens de l’hydrologie de celle des archéologues et géoarchéologues car leurs apports conjugués auraient un plus fort potentiel. [...]

Un autre point fort du colloque est la volonté affirmée de sortir du strict cadre des bassins versants hydrologiques nationaux pour embrasser des espaces plus vastes. Plusieurs communications ont en particulier pris en compte les grands bassins transfrontaliers et esquissé des comparaisons entre bassins voisins. Ce fut le cas de la Loire et du Pô, de l’Elbe et du Danube. On assiste à l’émergence d’un effort de régionalisation à l’échelle de l’Europe.

L’exposé de M. Stanescu [cf. 6] est représentatif de cette orientation prometteuse. L’auteur montre l’existence de familles de cours d’eau en fonction des valeurs de crues extrêmes. Est proposée une « macro­régionalisation » basée sur le climat, mais nuancée par les caractères du relief ; ceci a valeur pour la détermination pratique des potentiels de crue ; la zonation fine présente quant à elle une finalité directement appliquée. Ce travail souligne implicitement la nécessité de disposer d’une base de données construite à l’échelle de l’Europe. [...]

Références citées :

[1] Glaser, R., Stangl, H., Lang, M. Floods in Central Europe since AD 1300 and their regional context. La Houille Blanche, 2004, N°5, p. 43-49.

[2] Brázdil R., Dobrovolný, P., Kotyza, O. Floods in the Czech Republic during the past millennium. La Houille Blanche, 2004, N°5, p. 50-55.

[3] Engel, H. The flood event 2002 in the Elbe river basin causes of the flood, its course, statistical assessment and flood damages. La Houille Blanche, 2004, N°6, p. 33-36.

[4] Cœur, D. Les inondations de mai-juin 1856 en France : de l’événement hydrométéorologique au nouvel engagement de l’Etat. La Houille Blanche, 2004, N°5, p. 71-79.

[5] Jordan, J.P. & Petrascheck, A. Les crues de 1987 en Suisse, leurs conséquences et enseignements. La Houille Blanche, 2004, N°6, p. 28-32.

[6] Stanescu, V.A. Le potentiel des grandes crues de l’Europe, leurs régionalisation et comparaison. La Houille Blanche, 2004, N°6, p. 21-27.