Réf. Schadler 2007 - C1

Date
Titre
Auteur(s)
05/03/2007
Crues et modélisation en Suisse
Bruno Schadler

Mots-clés
Modélisations, hydrologie, régime des précipitations.

Organisme(s) / Contact(s)
Office Fédéral pour l'Environnement
Bruno.Schaedler@bafu.admin.ch

Références des études sur lesquelles porte le commentaire
 

(1) - Paramètre(s) atmosphérique(s) modifié(s)
(2) - Elément(s) du milieu impacté(s)
(3) - Type(s) d'aléa impacté(s)
(3) - Sous-type(s) d'aléa
Précipitations Régime des rivières Crues  

Pays / Zone
Massif / Secteur
Site(s) d'étude
Exposition
Altitude
Période d'observation
Suisse          

Commentaire

Le BAFU a déjà réalisé diverses synthèses sur la thématique des changements climatiques, des événements extrêmes et de l’hydrologie. Ces synthèses avaient pour but de décrire au mieux les résultats des modélisations ainsi que de faire un point sur la gestion des crues. Les chapitres concernant le climat étaient plutôt quantitatifs alors que les chapitres concernant les crues étaient plutôt qualitatifs.

Afin de faire le point et de fournir des synthèses quantitatives sur les crues, un nouveau projet va être lancé. Ce projet doit fournir une modélisation de l’hydrologie pour l’ensemble du territoire helvétique. Cette modélisation s’attachera à représenter à la fois les débits de surface des cours d’eau mais également les eaux souterraines. Cette modélisation sera ensuite mise en perspective avec les modélisations à haute résolution du climat helvétique disponibles (avec une maille d’environ 1 km). Ainsi des données quantitatives sur l’évolution des régimes de crues sur le territoire suisse devraient être disponibles. Les résultats seront comparés avec les hypothèses formulées actuellement.

Ce projet est essentiel pour combler une lacune souvent observée : le manque de transfert des connaissances des scénarios de changement climatique vers les débits des rivières et les bilans hydriques. Trop de personnes (scientifiques, décideurs et médias) pensent qu’une augmentation des précipitations induira forcément une augmentation de l’intensité des crues ; cette déduction simpliste, basée sur une causalité linéaire n’est pas juste à priori. Ces postulats doivent en tout cas être questionnés et vérifiés afin d’être présentés de manière affirmative. Il est également nécessaire de différencier certaines parties du territoire en fonction de l’altitude et des particularités locales.