Pôle Alpin Risques Naturels (PARN) Alpes–Climat–Risques Avec le soutien de la Région Rhône-Alpes (2007-2014)
FR
EN
 

Compilation des connaissances 3.5.0
Aléas d'origine glaciaire

Masquer / Afficher la table des matières




Analyse spatialisée des connaissances par domaines géographique
Mise à jour : Février 2015


 


FACTEURS DE CONTRÔLE

Reconstitutions paléoclimatiques

 
Résultats de recherche et interprétations
Méthodes d'observation et d'analyse
Références
           


Observations

 
Résultats de recherche et interprétations
Méthodes d'observation et d'analyse
Références

Alpes françaises, glacier de Taconnaz:
De très importants volumes de glace se détachent régulièrement du glacier suspendu de Taconnaz, dans les Alpes françaises. Pendant l’hiver, lorsque le manteau neigeux est instable, ces effondrements peuvent être à l’origine d’avalanches très importantes, représentant une menace importante pour les zones habitées de la vallée.

Les effondrements importants ont lieu lorsque le glacier atteint une géométrie critique. Après un un effondrement important, le glacier se retrouve dans une position minimale et se recharge ensuite pendant 6 mois, pour atteindre de nouveau son niveau maximum. Pourtant, ce seuil géométrique critique, bien que nécessaire, n’est pas suffisant dans la mise d’effondrements importants. Etant donné que la glace est régulièrement arrachée du glacier, sous l’effet de la désintégration en petits blocs, les effondrements importants n’ont pas toujours lieu lorsque le glacier se trouve en position maximum. Dans le cas de deux effondrements importants, le volume de glace arrachée du glacier a été estimé à 275 000m3. Des mesures photogrammétriques ont été utilisées pour évaluer, en utilisant une méthode de calcul basée sur la modélisation des écoulements glaciaires, un écoulement de 820 000m3 par an dans la zone étudiée. Cette estimation a été utilisée pour évaluer le volume moyen de glace arraché sur l’ensemble des périodes d’étude.

  Vincent & al. 2015 - A
France / Alpes :
On distingue trois types de risques d’origine glaciaire : (1) les vidanges brutales de lacs proglaciaires ou supraglaciaires ; (2) les chutes de séracs ; (3) la rupture de poches d’eau intraglaciaire ou sous-glaciaire. Ces phénomènes se caractérisent par le fait qu’ils sont rares et extrêmement destructeurs.

On recense depuis 25 ans seulement quelques événements ayant nécessité des interventions (travaux de vidange) : lac d’Arsine (massif des Ecrins) en 1985-1986, lac du Belvédère (Mont Rose, Italie) en 2001-2002, lac de Rochemelon en 2004-2005, lac supraglaciaire à Grindelwald (Valais) en 2009-2010, poche d’eau du glacier de Tête Rousse à l'été 2010.
  

Vincent 2011a - P

Monde / Alpes :
Les changements rapides de la cryosphère de haute montagne affectent divers phénomènes, processus et interactions de processus et peuvent conduirent à des situations de danger au-delà des conditions connues historiquement.
 

Frey & al. 2010 - A

Alpes :
Depuis la fin du dernier stade froid de l’Holocène – le Petit Âge Glaciaire –, il y a 150 ans, les glaciers dans les Alpes, comme ailleurs dans le monde sont fortement en retrait. Ce retrait s’est accéléré depuis le milieu des années 1980 . Cette modification de la dynamique des glaciers pourrait engendrer une série de processus géomorphologiques qui pourrait à son tour renforcer voire créer des risques pour les sociétés montagnardes.
 

Ravanel 2009 - A


Modélisations

 
Résultats de recherche et interprétations
Méthodes d'observation et d'analyse
Références
           


Hypothèses

 
Résultats de recherche et interprétations
Méthodes d'observation et d'analyse
Références
Alpes :
A la question de quels pourraient être les impacts du changement climatique sur les aléas glaciaires, on peut citer les deux effets suivants :
(1) impact sur la formation des lacs proglaciaires, qui se forment au front des glaciers en recul (sous l’effet du CC), comme le glacier d’Arsine où il a fallu abaisser le niveau du lac pour éviter un risque de rupture du barrage morainique ;
(2) impact direct sur la stabilité des glaciers suspendus (ex. : séracs de Taconnaz), comme le suggèrent les mesures de l‘évolution de la température en fonction de la profondeur du glacier effectuées depuis 1994 au Col du Dôme du Goûter, qui montrent qu’on observe un impact direct du réchauffement même à 4300m d’altitude.
Sur les autres types de risques d’origine glaciaire – poches d’eau et lacs supraglaciaires – l’impact est beaucoup moins évident et beaucoup moins clair, ce qui ne veut pas dire qu’il n’existe pas, car la relation entre ces phénomènes et l’évolution des paramètres climatiques est beaucoup plus indirecte.
 

Vincent 2011a - P

Alpes :
Dans une haute montagne caractérisée par le recul des glaciers et la dégradation du permafrost, les risques liés aux processus glaciaires et périglaciaires devraient augmenter avec le réchauffement climatique. [voir références dans l'étude]
 

Ravanel 2009 - A

Alpes :
Une proportion croissante de glace tempérée dans les glaciers suspendus peut entrainer un dégel du permafrost sous-jacent.
 

Gruber & Haeberli 2007 - A

Monde :
Un changement marqué de l’extension des glaciers à cause du changement climatique pourrait s’accompagner de la formation et de la disparition de lacs supra/pro-glaciaires, et les glaciers suspendus pourraient devenir moins stables. D’un autre côté, les langues des glaciers suspendus, avec leur potentiel actuel d’importantes avalanches de glace pourraient disparaître. La revégétation des terrains déglacés est lente et laisse des dépôts morainiques non protégés contre l’érosion pour des périodes de plusieurs décennies ou plus.
 

Kääb & al. 2005 - A

Alpes :
La formation et la disparition des lacs provoqués par un barrage de glace, accompagnent généralement un changement marqué de l'extension des glacier. Les glaciers suspendus, qui sont partiellement ou entièrement gelés à leur base, pourraient devenir moins stables.
 

Haeberli & Beniston 1998 - A

 

 


INTENSITÉ

Reconstitutions de l'activité des phénomènes

 
Résultats de recherche et interprétations
Méthodes d'observation et d'analyse
Références
           


Observations

 
Résultats de recherche et interprétations
Méthodes d'observation et d'analyse
Références
Monde / Alpes :
Les changements rapides de la cryosphère de haute montagne affectent divers phénomènes, processus et interactions de processus et peuvent conduire à des situations de danger au-delà des conditions connues historiquement.
   
    

Frey & al. 2010 - A


Modélisations

 
Résultats de recherche et interprétations
Méthodes d'observation et d'analyse
Références
           


Hypothèses

 
Résultats de recherche et interprétations
Méthodes d'observation et d'analyse
Références
           

 

 


FRÉQUENCE

Reconstitutions de l'activité des phénomènes

 
Résultats de recherche et interprétations
Méthodes d'observation et d'analyse
Références
           


Observations

 
Résultats de recherche et interprétations
Méthodes d'observation et d'analyse
Références
           


Modélisations

 
Résultats de recherche et interprétations
Méthodes d'observation et d'analyse
Références
           


Hypothèses

 
Résultats de recherche et interprétations
Méthodes d'observation et d'analyse
Références
           

 

 


SAISONNALITÉ

Reconstitutions de l'activité des phénomènes

 
Résultats de recherche et interprétations
Méthodes d'observation et d'analyse
Références
           


Observations

 
Résultats de recherche et interprétations
Méthodes d'observation et d'analyse
Références
           


Modélisations

 
Résultats de recherche et interprétations
Méthodes d'observation et d'analyse
Références
           


Hypothèses

 
Résultats de recherche et interprétations
Méthodes d'observation et d'analyse
Références
           

 

 


LOCALISATION

Reconstitutions de l'activité des phénomènes

 
Résultats de recherche et interprétations
Méthodes d'observation et d'analyse
Références
           


Observations

 
Résultats de recherche et interprétations
Méthodes d'observation et d'analyse
Références
           


Modélisations

 
Résultats de recherche et interprétations
Méthodes d'observation et d'analyse
Références
           


Hypothèses

 
Résultats de recherche et interprétations
Méthodes d'observation et d'analyse
Références
Alpes :
Une proportion croissante de glace tempérée dans les glaciers suspendus peut entrainer un dégel du permafrost sous-jacent.
  
   

Gruber & Haeberli 2007 - A

 

 


RETOURS D'EXPÉRIENCES

 
Retours d'expérience
Objectifs
Etat d'avancement /enseignements
Références
Cf. crise du glacier de Tête Rousse      

 


RECOMMANDATIONS

 
Recommandations
Remarques
Objet
Références
Recommandations générales : comment améliorer l’organisation/ l’efficacité de la recherche sur les risques glaciaires ?
- rapprocher les équipes qui ont des approches géophysiques variées, y compris des entreprises privées (réseau de compétences) ;
- mettre des moyens sur les diagnostics des risques potentiels sans attendre la situation de crise ;
- encourager et investir dans la recherche en parallèle de la gestion opérationnelle des risques, afin d’étendre les connaissances et de développer l’expérience sur l’analyse du risque.

Recommandations sur l’amélioration des connaissances sur les risques glaciaires, afin d’améliorer les diagnostics
- Etude des processus de l’érosion de la glace ou d’une moraine par l’eau (débordement d’un lac proglaciaire ou supraglaciaire).
- Etude de l’ouverture d’un chenal intraglaciaire ou supraglaciaire (cas des poches d’eau ou des lacs).
- Résistance mécanique d’une langue glaciaire à la pression d’un lac ou d’une poche d’eau.
- Rupture de séracs : étude des processus d’endommagement, étude de l’instabilité d’un glacier suspendu en cas de réchauffement basal
- Evolution du régime thermique d’un glacier (modèle thermomécanique) pour simuler l’évolution des poches d’eau ou simuler le réchauffement des glaciers suspendus (étude des processus de transferts d’énergie de la surface en profondeur, mesures de températures, conductivité... dans des forages, développement de modèle thermomécanique), pour chercher à répondre aux questions qui se posent pour la prévention du risque.
- Il faut développer la connaissance géophysique sur les phénomènes, ce pour quoi les inventaires existants sont inappropriés car ils sont peu utiles à la compréhension des processus. Deux exemples de lacs supraglaciaires illustrent ce point de vue : le lac de Rochemelon, et celui du Belvédère (Mont Rose, Italie).
   

Vincent 2011a - P

Alpes :
Les processus glaciaires et périglaciaires exercent un très fort contrôle sur la morphodynamique des versants de haute montagne. Or, les glaciers et le permafrost alpins apparaissent comme particulièrement sensibles au réchauffement climatique en cours en raison de leur proximité avec les conditions de fusion. Aussi, une meilleure compréhension de ces processus et de leurs interactions avec d’autres (e.g. torrentiel) s’impose pour appréhender les risques qui leur sont associés et en permettre la gestion dans le contexte actuel de changement climatique accéléré. Au-delà des processus glaciaires et périglaciaires eux-mêmes, dont la fréquence et l’intensité devraient augmenter, ce sont les effets en cascade qu’ils déclenchent qui sont à craindre, alors que la vulnérabilité des biens et des personnes ne cesse de s’accroître dans la plupart des vallées alpines. Une seule catastrophe liée à cette dynamique peut en effet faire de nombreuses victimes (...). Toutefois, l’évaluation de l’impact du réchauffement climatique sur les risques liés aux processus glaciaires et périglaciaires et présentés dans cet article reste délicate, du fait du déficit de données précises sur la fréquence et l’intensité des phénomènes pendant la période historique, nécessaires pour déceler leur éventuelle augmentation, et de la difficulté pour établir un lien entre cette augmentation et l’évolution climatique.
   

Ravanel 2009 - A

Les régions de montagne sont particulièrement sensibles aux changements du climat. Des changements dans le régime des glaciers, de la neige et des permafrosts, avec les impacts correspondants pour les risques naturels dans les systèmes de haute montagne pourrait affecter sérieusement les activités anthropiques (Haeberli and Beniston 1998).

Il est prévu que le nombre et la taille des lacs glaciaires devraient augmenter en même temps que le climat change. Combiné avec le développement rural et les investissements dans les infrastructures qui s’accroissent sans cesse, particulièrement pour l’hydroélectricité, la vulnérabilité des communautés de montagne aux vidanges de lacs augmente rapidement. De plus, pour les rivières qui sont largement alimentées par des glaciers, la réduction du volume des glaciers aura un impact important sur les débits estivaux et sur la ressource en eau pour les territoires en aval, en particulier pour la production hydroélectrique, l’irrigation et les réserves en eau potable. Dans certaines régions, notamment au Pakistan, les changements climatiques vont augmenter la vulnérabilité sociale, économique et environnementale de dizaine de millions de personnes. Alors que les crues catastrophiques (beaucoup d’eau très rapidement) sont un risque très palpable, les risques « doux » sont également décelable, comme la réduction de l’eau de fonte des glaciers pendant la saison sèche. En conséquence, les risques en haute montagne doivent être considérés en relation avec la gestion des ressources en eau et ne peut pas être regardé de manière isolée. Par exemple, au Pérou, les risques associés avec les lacs glaciaires de haute altitude ont été atténués en utilisant des méthodes de contrôle du volume des lacs et des réservoirs d’eau sécurisés. Le concept de développement durable dans les régions de haute altitude des montagnes froides devient questionnable, à cause de forçages climatiques à grande échelle qui pourrait influencer plus largement que des impacts environnementaux locaux.

La plus grande difficulté sera en fait de s’adapter à des taux de changements environnementaux élevés et qui s’accélèrent. Les connaissances empiriques devront être remplacées par des processus de compréhension améliorés. Des modèles numériques aboutis devront aider à la conception et à la mise en place de mesure d’atténuation en haute altitude. La recherche intensive sur les aléas glaciaires qui est menée en Suisse depuis quelques décennies peut illustrer les possibilités et les limites de l’analyse et de l’atténuation.
   

Kääb & al. 2005 - A

 

Légende des références biblio :
- A : Article (revue à comité de lecture)
- C : Commentaire
- E : Etude scientifique (non publiée)
- P : Proceedings
- R : Rapport
- Re : Retour d'expérience
- T : Thèse
- W : Site Internet

 


Europe

Alpine Space ClimChAlp ONERC
ONERC
Rhône-Alpes PARN

Portail Alpes-Climat-Risques   |   PARN 2007–2017   |  
Mentions légales